Erdogan dénonce des «quotas gay»

Elections en TurquieLe président turc s'est exprimé jeudi sur des quotas mis en place lors d'élections de comités de quartiers.

Le président s'est exprimé lors d'un discours à Ankara.

Le président s'est exprimé lors d'un discours à Ankara. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué jeudi la mise en place d'un quota pour les homosexuels dans des comités de quartier, estimant qu'une telle mesure était contraire aux valeurs de la nation turque.

Sans préciser le nom de la ville dans laquelle se trouvait le quartier en question, M. Erdogan a imputé la mise en place d'un tel quota au Parti républicain du peuple (CHP), principale formation de l'opposition en Turquie. «Leurs liens avec les valeurs de notre nation ont été coupés au point que dans un district dirigé par le CHP dans une grande ville, un quota d'un cinquième pour les homosexuels a été mis en place pour les élections des comités de quartier», a déclaré M. Erdogan. «Quand un parti se départit de toute modération, personne ne sait où cela peut le mener. Qu'ils continuent ainsi», a-t-il ajouté lors d'un discours à Ankara.

Discours conservateur

Selon la presse turque, M. Erdogan fait référence aux élections, prévues courant novembre, des comités de quartier dans le district de Nilüfer, dans la ville de Bursa (nord-ouest). La municipalité de Nilüfer est dirigée par un maire CHP. Sur son site, le comité municipal de Nilüfer indique vouloir atteindre une proportion d'un tiers de femmes, d'un tiers de jeunes, d'un cinquième de personnes en situation de handicap et d'un cinquième de membres issus des communautés LGBTI dans ses comités de quartier.

M. Erdogan est régulièrement accusé par ses opposants d'oeuvrer à l'islamisation de la société. Ses commentaires conservateurs sur les femmes et la famille enflamment régulièrement la critique, mais il se garde généralement d'évoquer publiquement les questions liées à l'homosexualité.

En 2010, toutefois, la ministre de la Famille et de la Femme d'alors, Aliye Selma Kavaf, avait suscité la colère des défenseurs des droits des homosexuels en qualifiant l'homosexualité de «désordre biologique» et de «maladie» devant être soignée. L'homosexualité est légale en Turquie, mais l'homophobie y reste largement répandue. (afp/nxp)

Créé: 09.11.2017, 17h14

Articles en relation

Erdogan s'en prend à l'ambassadeur américain

Visas Le président turc ne considère plus l'ambassadeur américain «comme le représentant des Etats-Unis en Turquie». Washington le soutient. Plus...

Erdogan «peiné» par la suspension des visas américains

Turquie Le président turc s'est exprimé devant la presse, au lendemain de la décision américaine de cesser de délivrer des visas à son pays. Plus...

Prison à vie pour ceux qui voulaient «tuer Erdogan»

Turquie Trente-quatre personnes ont été reconnues coupables par un tribunal turc dans l'affaire du putsch manqué. Plus...

Trump donne une «bonne note» à son «ami» Erdogan

ONU Le président américain a couvert d'éloges le président turc pour sa manière de gouverner son pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...