Les enquêteurs identifient les corps des victimes

Crash A320Les gendarmes tentent de retrouver dans les débris la deuxième boîte noire de l'A320.

La zone de recherche est étendue et difficile d'accès.

La zone de recherche est étendue et difficile d'accès. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des dizaines de gendarmes spécialisés et de secouristes poursuivaient les opérations de recherche ce vendredi 27 mars pour le quatrième jour consécutif dans les Alpes françaises, sur le lieu du crash de l'A320 de Germanwings, afin de localiser la seconde boîte noire et identifier les 150 victimes.

Pour les enquêteurs, il s'agit à la fois d'identifier au plus vite les corps évacués de la montagne, notamment grâce aux prélèvements ADN effectués sur les familles jeudi après-midi, et de retrouver la boîte noire FDR («Flight Data Recorder»), enregistrant toutes les données du vol.

Longue opération

La première boîte noire, celle enregistrant tous les sons et conversations du cockpit, a permis de découvrir que le copilote, seul aux commandes, avait probablement précipité l'appareil volontairement au sol.

«Des débris de l'avion, il ne reste pas grand-chose, c'est surtout les restes humains qui sont nombreux à collecter. Les opérations pourraient encore durer deux semaines», a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Xavier Vialenc, porte-parole de la gendarmerie.

Parmi la quinzaine d'enquêteurs, dix se consacrent aux prélèvements ADN effectués sur la montagne et cinq autres à l'enquête judiciaire.

L'éparpillement des débris compliquent l'identification des reste des corps. Une vidéo publiée jeudi par le Ministère français de l'intérieur illustre la complexité des recherches.

Pas de piste écartée

Le Premier ministre français Manuel Valls a salué vendredi «l'extraordinaire travail des services de l'Etat français, gendarmes, sapeur pompiers, services de santé, sécurité civile, bénévoles, élus locaux».

Il a confirmé que le suicide du copilote était la thèse privilégiée par les enquêteurs. «Par principe, il n'y a aucune piste qui peut être écartée. Nous devons attendre la fin de l'enquête. La justice devra la vérité aux familles et aux proches des victimes. Même si hier, le procureur a donné suffisamment d'éléments pour que nous puissions penser que ce geste fou, incompréhensible, horrible, soit à l'origine de ce crash», a ajouté le Premier ministre sur la chaîne iTELE.

«Il appartient à la justice, notamment aux enquêteurs allemands et bien sûr à la Lufthansa d'apporter tous les éléments sur le parcours et le profil de ce pilote», a ajouté Manuel Valls alors que des enquêteurs ont effectué jeudi dans la soirée des perquisitions aux deux domiciles du co-pilote Andreas Lubitz.

La plupart des proches des victimes, en majorité allemandes ou espagnoles, avaient quitté vendredi la région du crash.

Mais «7 à 10 personnes sur les 77 Espagnols», membres des familles des victimes venues près du site, ont souhaité rester dans la région, selon le secrétaire d'Etat espagnol à l'Aménagement, Julio Gomez Pomar.

(afp/nxp)

Créé: 27.03.2015, 12h28

Galerie photo

Crash de l'A320 de Germanwings en France

Crash de l'A320 de Germanwings en France Un Airbus A320 s'est écrasé mardi 24 mars 2015 dans les Alpes de Haute Provence, lors de son trajet Barcelone-Düsseldorf.

Articles en relation

Crash A320: le copilote a caché «une maladie»

Troubles psychiatriques Le copilote de Germanwings a caché qu'il faisait l'objet d'un arrêt maladie le jour de l'accident. Plus...

«L'idée de suicide peut être si forte qu'elle emporte tout»

Crash de l'A320 Parfois, l'idée suicidaire «est tellement forte qu'elle emporte tout» selon un psychiatre interrogé au sujet du copilote soupçonné d'avoir volontairement provoqué le crash de l'A320. Plus...

Le crash de l'A320 plonge la presse dans la perplexité

Revue de presse «Le geste fou» du copilote «hors de contrôle» qui a sciemment détruit l'A320 de Germanwings laisse la presse perplexe vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...