L'enquête sur l'ingérence russe n'est pas assurée

Etats-UnisDes sénateurs ont tenté de protéger l'enquête sur l'ingérence russe du procureur Robert Mueller. Sans succès.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les dirigeants républicains du Sénat américain ont bloqué mercredi l'initiative de sénateurs des deux grands partis qui visait à protéger l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et Moscou.

Robert Mueller enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016. Un volet du dossier porte sur des soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe du candidat Trump. Le président américain, dont plusieurs anciens collaborateurs ont été inculpés dans le cadre de cette enquête, dénonce depuis des mois une «chasse aux sorcières».

Le brusque limogeage la semaine dernière du ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, a particulièrement inquiété des élus, aussi bien démocrates que républicains. L'intérim est assuré par l'ancien chef de cabinet de M. Sessions, Matthew Whitaker, qui, avant d'entrer à son service, avait critiqué l'ampleur de l'enquête russe, ainsi que son coût. Or ces investigations sont chapeautées par le ministère de la Justice.

Donald Trump «a cette enquête en vue et nous le savons tous»

Le sénateur républicain Jeff Flake, très critique de Donald Trump, s'est donc associé avec le démocrate Chris Coons pour demander mercredi aux 100 sénateurs leur approbation unanime d'une mesure visant à protéger cette enquête. Le chef républicain du Sénat, Mitch McConnell, a objecté, faisant dérailler cette procédure rapide.

Donald Trump «a cette enquête en vue et nous le savons tous», s'est indigné Jeff Flake peu après. «Ce n'est pas le moment pour nos dirigeants nationaux d'être faibles ou indécis». M. Flake, qui quittera le Sénat en janvier, a ajouté que lui et Chris Coons retenteraient «encore et encore» de soumettre cette mesure à un vote en séance plénière.

Tant que cela n'aura pas lieu, il a menacé de ne pas approuver les dizaines de nominations judiciaires qui attendent encore d'être confirmées au Sénat, l'une des priorités de Mitch McConnell. Les chefs républicains martèlent eux que l'enquête russe n'est pas en danger.

«L'enquête Mueller ne va pas subir d'ingérence ou être limitée», a assuré à l'AFP le numéro deux des républicains au Sénat, John Cornyn. Robert Mueller bénéficie selon lui «d'un large soutien, favorable à le laisser finir son travail».

Mais si le ministre de la Justice intérimaire Matthew Whitaker ne se récuse pas de cette enquête, alors les démocrates exigeront d'ajouter une clause protégeant Robert Mueller à une loi partielle de financement qui doit absolument être approuvée avant le 7 décembre, a mis en garde leur chef au Sénat, Chuck Schumer. (afp/nxp)

Créé: 15.11.2018, 05h13

Articles en relation

Russe inculpée pour ingérence: Moscou réagit

Elections de mi-mandat La Russie a condamné samedi l'inculpation la veille aux Etats-Unis d'une Russe pour ingérence dans les élections du 6 novembre. Elle dénonce des accusations «fabriquées». Plus...

Ingérence russe: Manafort plaide coupable

Etats-Unis Paul Manafort, ancien proche de Trump, a reconnu vendredi avoir conspiré contre les Etats-Unis. Plus...

Pour Trump, l'enquête de Mueller est «illégale»

Etats-Unis Donald Trump a affirmé jeudi qu'il considérait l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle comme illégale. Plus...

Midterms: Trump dénonce des électeurs «illégaux» déguisés

Le président américain Donald Trump a de nouveau évoqué mercredi, sans preuve ni éléments concrets, des fraudes électorales aux Etats-Unis. Il a notamment affirmé que certains Américains se déguisaient pour pouvoir voter plusieurs fois. Dénonçant d'abord «les gens qui se mettent dans la queue et n'ont absolument aucun droit de voter», le 45e président des Etats-Unis est allé plus loin. «Parfois, ils vont à leur voiture, changent de chapeau, changent de T-shirt, reviennent et votent de nouveau», a-t-il ajouté. «Ce qui se passe est vraiment une honte», a-t-il lancé.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...