Passer au contenu principal

Corée du SudL'ex-présidente Park Geun-Hye inculpée

Déjà sous le coup de multiples chefs d'inculpation, Park Geun-Hye a détourné les fonds spéciaux des renseignements.

L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été condamnée vendredi en appel à 25 ans de prison pour corruption. (Vendredi 24 août 2018)
L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été condamnée vendredi en appel à 25 ans de prison pour corruption. (Vendredi 24 août 2018)
AFP
Park Geun-hye a déposé devant la justice de son pays un document par lequel elle renonce à faire appel de sa condamnation. L'ancienne présidente a pris 24 ans de prison pour corruption. (16 avril 2018)
Park Geun-hye a déposé devant la justice de son pays un document par lequel elle renonce à faire appel de sa condamnation. L'ancienne présidente a pris 24 ans de prison pour corruption. (16 avril 2018)
Keystone
La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye est accusée d'avoir été sous la coupe d'une sulfureuse conseillère de l'ombre, Choi Soon-Sil, qui aurait profité de son ascendant pour spolier des groupes industriels. (5 novembre 2016)
La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye est accusée d'avoir été sous la coupe d'une sulfureuse conseillère de l'ombre, Choi Soon-Sil, qui aurait profité de son ascendant pour spolier des groupes industriels. (5 novembre 2016)
Keystone
1 / 51

L'ex-présidente sud-coréenne destituée Park Geun-Hye a été inculpée jeudi pour avoir détourné l'équivalent de millions de francs de fonds secrets des renseignements, rapportent les médias locaux. Elle est actuellement jugée pour corruption.

Park Geun-Hye aurait reçu chaque mois, entre 2013 et le milieu de l'année 2016, entre 50 et 200 millions de wons (46'000 à 184'000 francs) du Service national du renseignement (NIS), a affirmé le parquet aux médias sud-coréens. Ces sommes, qui s'élèveraient au total à 3,8 milliards de wons, étaient selon les médias remis par des agents du renseignement aux conseillers de Park Geun-Hye sur des parkings déserts ou dans des ruelles peu fréquentées proches de la présidence.

«Fonds spéciaux»

L'argent provenait selon l'agence sud-coréenne Yonhap des «fonds spéciaux» que les renseignements peuvent utiliser sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. D'après les médias, l'ex-présidente aurait dépensé ces sommes à des fins personnelles comme des injections de Botox, des vêtements ou le financement de téléphones mobiles utilisés par ses amis.

Park Geun-Hye a été destituée par le Parlement le 9 décembre 2016. Cette décision, confirmée en mars par la Cour constitutionnelle, a entraîné son inculpation et son emprisonnement. Première femme élue présidente en Corée du Sud, elle est jugée depuis mai pour 18 chefs d'accusation y compris corruption, coercition et abus de pouvoir, et risque la prison à vie. Deux autres chefs vont désormais s'y ajouter, corruption et détournement de fonds, selon les médias.

Le scandale qui a coûté son poste à l'ex-présidente porte notamment sur des millions d'euros soutirés aux plus grands conglomérats du pays, comme Samsung. L'ex-présidente est aussi accusée d'avoir laissé sa confidente Choi Soon-Sil, fille d'un leader religieux douteux, se mêler des affaires de l'Etat, qu'il s'agisse des nominations au sommet ou de la garde-robe présidentielle.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.