Passer au contenu principal

Un éléphant blanc capturé, un bon présage politique

Alors que la Birmanie s'apprête à des élections législatives importantes, un éléphant blanc a été capturé. Vu comme un «symbole de la souveraineté du pays», cet animal est très prisé.

Le pachyderme, qui est en réalité de couleur rosée, a été découvert dans une réserve forestière, à l'ouest de Rangoun.
Le pachyderme, qui est en réalité de couleur rosée, a été découvert dans une réserve forestière, à l'ouest de Rangoun.
AFP

Un éléphant blanc, espèce très rare, symbole de chance notamment sur le plan politique selon des superstitions birmanes, a été capturé dans l'ouest du pays, a indiqué ce lundi 2 mars la presse officielle.

L'événement est intervenu alors que le pays prépare des élections législatives cruciales et que l'espèce est en voie de disparition dans le pays.

Cette femelle, âgée d'environ sept ans, haute de près de 2 mètres, représentera le neuvième éléphant en captivité dans le pays, d'après les informations du quotidien Global New Light of Myanmar.

Le pachyderme, qui est en réalité de couleur rosée, a été découvert dans une réserve forestière dans la région du delta d'Irrawaddy de Pathein (à l'ouest de Rangoun).

Vus comme un «symbole de la souveraineté du pays», ces animaux ont toujours été prisés en Birmanie, à majorité bouddhiste, par les anciens rois et les dirigeants, selon l'historien Thant Myint-U. Leur découverte est souvent rendue publique à des moments cruciaux dans l'histoire du pays.

En 2010, la découverte d'un éléphant blanc juste avant des élections législatives avait déjà été saluée par les médias d'Etat comme la marque d'une «transition démocratique» réussie, en dépit de nombreuses critiques, des allégations de tricherie et l'absence de participation de la cheffe de l'opposition Aung San Suu Kyi.

Législatives cruciales

Le pays se prépare actuellement pour d'autres législatives cruciales, qui seront un test pour le processus démocratique engagé depuis 2011 par le gouvernement quasi civil mis en place après des décennies de dictature militaire.

De plus, le gouvernement birman est confronté depuis quelque temps à un regain de violences dans ses régions frontalières. Plus de 130 personnes ont été tuées dans le nord à la frontière chinoise lors de récents combats entre l'armée et des rebelles.

Menacés par le braconnage et la destruction de leur habitat à cause de la déforestation, les éléphants sauvages de Birmanie sont en voie de disparition.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.