Passer au contenu principal

En Egypte, un scrutin mis en scène pour Sissi

Retour des caciques de l’ère Moubarak et absence d’opposition: les élections législatives assoiront le pouvoir autoritaire

Affiches électorales dans un quartier du Caire.
Affiches électorales dans un quartier du Caire.
EPA

«C’est purement une compétition entre candidats pro-Sissi! C’est à celui qui sera le plus à même de faire des courbettes au président!» s’énerve Zayd, opposant libéral dont le parti boycotte le scrutin législatif qui s’ouvre aujourd’hui en Egypte.

L’élection du parlement devait en effet mettre fin à la période de transition post-Morsi et concrétiser les idéaux de la révolution de 2011. Mais au final, ces législatives visent seulement à renforcer le pouvoir autoritaire du président Sissi. Avec un air de déjà-vu: résultats connus à l’avance, candidats issus de l’ère Moubarak, absence de véritable opposition et électeurs totalement démotivés.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.