Passer au contenu principal

Etats-UnisEfforts pour prévenir le vapotage des jeunes

Le groupe américain Altria arrête une partie de ses e-cigarettes pour prévenir le vapotage des jeunes.

Les chiffres complets de l'enquête nationale annuelle sur le tabac et les jeunes de 2018 n'ont pas encore été publiés, mais le nombre de vapoteurs dans les lycées américains a augmenté de 75% de 2017 à 2018.
Les chiffres complets de l'enquête nationale annuelle sur le tabac et les jeunes de 2018 n'ont pas encore été publiés, mais le nombre de vapoteurs dans les lycées américains a augmenté de 75% de 2017 à 2018.
AFP

Le groupe de tabac américain Altria (Marlboro, Chesterfield...) a annoncé jeudi qu'il allait cesser de vendre une partie de ses cigarettes électroniques, censées être plus populaires auprès des jeunes, alors que de plus en plus d'adolescents se mettent à vapoter.

Le PDG d'Altria, Howard Willard, a également annoncé, dans la même lettre aux autorités de santé américaines (FDA), le soutien de son groupe à la hausse de l'âge légal pour acheter des cigarettes, classiques ou électroniques, à 21 ans aux Etats-Unis.

Altria va cesser la vente de deux types de cigarettes à recharges liquides (appelées «pods»), de la marque MarkTen, jusqu'à ce que la FDA les autorise explicitement ou que «le problème des jeunes soit résolu».

Pour les cigarettes électroniques restantes et qui imitent la forme et la couleur des cigarettes, seules trois parfums seront dorénavant vendus: tabac, menthol et menthe. Les parfums exotiques actuels, qui sont réputés attirer les vapoteurs adolescents, vont de la fraise à la noisette, en passant par d'autres fruits, ou des noms comme «Mardi Gras» et «Caribeean Oasis». Ces parfums-là ne seront plus proposés à la vente par Altria.

Pression sur le leader du marché

«Sur la base d'informations publiques de la FDA et d'autres, nous estimons que les produits utilisant des pods contribuent de façon importante à l'augmentation du nombre de vapoteurs chez les jeunes», écrit le patron d'Altria. Bien que le groupe estime faire le maximum pour empêcher les jeunes d'acheter ses produits, explique-t-il, «nous ne voulons pas risquer de contribuer au problème».

L'annonce va augmenter la pression sur le leader absolu du marché du vapotage, Juul, qui a raflé près des trois quarts du marché en deux ans. La FDA a sommé les fabricants d'e-cigarettes de trouver le moyen d'empêcher les jeunes d'acheter leurs produits, et prépare des réglementations plus strictes. Juul est particulièrement dans son viseur: ses bureaux ont été inspectés par des agents de la FDA le 28 septembre dernier à San Francisco.

Les chiffres complets de l'enquête nationale annuelle sur le tabac et les jeunes de 2018 n'ont pas encore été publiés, mais le nombre de vapoteurs dans les lycées américains a augmenté de 75% de 2017 à 2018, selon une récente tribune du chef de la FDA, Scott Gottlieb, et du secrétaire à la Santé Alex Azar dans le Washington Post. «C'est une épidémie», ont-ils écrit.

On ne retrouve pas de nombreux produits cancérigènes des cigarettes, comme le goudron, dans les cigarettes électroniques, qui contiennent en revanche de la nicotine, un produit pas lié au cancer mais provoquant l'addiction.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.