Passer au contenu principal

Crash EgyptairCe n'est pas la faute d'un iPhone ou d'un iPad

Selon un rapport d'experts, le crash d'un avion d'Egyptair ne serait pas dû à un incident technique sur un produit Apple.

L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)
L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)
Keystone
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)
Keystone
Parti de Paris à 22h45 à destination du Caire avec 56 passagers et dix membres d'équipage, l'avion a disparu des écrans radar 20 minutes avant l'heure prévue de son atterrissage (03h05). Les responsables égyptiens de l'aviation pensent qu'il s'est abîmé en mer. (Jeudi 19 mai 2016)
Parti de Paris à 22h45 à destination du Caire avec 56 passagers et dix membres d'équipage, l'avion a disparu des écrans radar 20 minutes avant l'heure prévue de son atterrissage (03h05). Les responsables égyptiens de l'aviation pensent qu'il s'est abîmé en mer. (Jeudi 19 mai 2016)
Reuters
1 / 58

L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon un rapport d'expertise dont l'AFP a eu connaissance dimanche.

L'Egypte avait rapidement mis en avant la thèse d'un attentat, la France privilégiant depuis le départ celle d'un incident technique pour expliquer ce crash qui a fait 66 morts, dont 40 Égyptiens et 15 Français.

Scénario peu vraisemblable

Les trois juges d'instruction saisis de l'enquête à Paris ont ordonné deux expertises pour reconstituer le scénario de la catastrophe. La première était relative à la maintenance de l'appareil et la seconde visait à vérifier si des iPad et iPhone posés dans le cockpit avaient pu être l'objet d'un emballement thermique causant un départ de feu.

Dans un rapport d'expertise de 19 pages dont l'AFP a eu connaissance et révélé par Le Parisien, trois experts considèrent cette dernière possibilité comme peu vraisemblable. Si «l'emballement thermique spontané d'un appareil disposant d'une batterie Li-ion ne peut jamais être rigoureusement exclu (...), l'analyse montre que pour ces appareils, cet événement doit être considéré comme extrêmement improbable», écrivent-ils.

Ils précisent toutefois que cette conclusion n'est valable que si l'on considère que les appareils n'ont notamment pas «subi une agression externe mécanique». En revanche, même si ces appareils étaient branchés dans le cockpit sur des prises non conformes aux recommandations du fabricant Apple, «cela n'a pas eu d'incidence sur (leur) sécurité», relèvent-ils.

«Manque de rigueur»

Le vol MS804, reliant Paris au Caire, s'était abîmé en mer Méditerranée le 19 mai 2016 entre la Crète et la côte nord de l'Égypte, après avoir soudainement disparu des écrans radars. Le rapport d'expertise sur la maintenance de l'appareil avait lui pointé «le grand manque de rigueur des équipages et des services techniques d'EgyptAir».

«L'expertise a mis en évidence que cet appareil aurait dû faire l'objet de vérifications lors des quatre précédents vols, et n'aurait pas dû quitter Le Caire après l'enchaînement de défauts récurrents, mais non signalés par les équipages successifs», résumaient les experts français dans ce document de 76 pages dont l'AFP a eu connaissance.

Côté égyptien, les autorités ont mis un terme fin 2016 à leur enquête de sécurité et transmis le dossier à la justice égyptienne, sans nouvelles jusqu'ici.

Le Caire avait affirmé en décembre 2016 avoir découvert des traces d'explosifs sur des restes de victimes, suscitant le scepticisme côté français d'autant qu'aucune organisation n'avait revendiqué un attentat.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.