Passer au contenu principal

Elections localesLa droite de Salvini triomphe en Ombrie

L'alliance de droite emmenée par le leader charismatique déloge la gauche dans la province du centre de l'Italie et fait un pied-de-nez à la coalition au pouvoir dans le pays.

Matteo Salvini le 19 octobre 2019.
Matteo Salvini le 19 octobre 2019.
AFP

Une alliance de droite menée par Matteo Salvini a remporté haut la main dimanche des élections régionales en Ombrie. Elle déloge au passage la gauche, dont c'était un fief historique, et inflige un grave revers à la coalition au pouvoir en Italie.

L'avocate Donatella Tesei, la candidate de la Ligue (extrême-droite) de M. Salvini, soutenue par les néo-fascistes de Frères d'Italie et Forza Italia (centre droit) de Silvio Berlusconi, a obtenu une majorité écrasante de 57,55%. Dans le camp d'en face, Vincenzo Bianconi, issu de la société civile et soutenu par une alliance entre le Parti Démocrate (PD, centre gauche) et le Mouvement Cinq Etoiles (anti-establishment), ne s'est adjugé que 37,5% des voix.

Même si l'Ombrie ne compte qu'environ 900'000 habitants, il s'agissait d'un test pour l'attelage PD-M5S au pouvoir depuis moins de deux mois. Un gouvernement penchant à gauche et pro-européen a remplacé la coalition populiste entre la Ligue et M5S qui a gouverné l'Italie entre juin 2018 et août 2019.

Echec du «pacte citoyen»

Matteo Salvini, venu à Pérouse «fêter la victoire» aux côtés de Donatella Tesei, s'est réjoui de «résultats extraordinaires». Il a félicité les habitants de l'Ombrie «pour avoir choisi la liberté au nom de 60 millions d'Italiens», dans une allusion aux législatives qu'il exige sur tous les tons depuis qu'il a fait exploser le 8 août son alliance avec le M5S.

L'ex-ministre de l'Intérieur, connu pour ses diatribes anti-migrants, a gagné son pari de déloger la gauche qui gouvernait depuis 70 ans cette région. Dans ses meetings de village en village, il a surtout promis un sursaut face à la grave crise économique que traverse une région autrefois prospère, frappée par une série de séismes.

Le PD (qui s'est adjugé un score de quasi 22%) était parti handicapé par un scandale de corruption dans le secteur de la santé qui avait abouti à écourter le mandat de la gouverneure sortante.

Le grand perdant du scrutin est le M5S qui s'est effondré avec seulement 7,4% des voix, contre 32% au niveau national aux législatives de mars 2018. «Nous avions pensé qu'un pacte citoyen pour l'Ombrie pouvait être un test (d'une alliance locale avec le PD) mais l'expérience n'a pas fonctionné», a constaté le M5S sur sa page Facebook.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.