Passer au contenu principal

Nouvelle-ZélandeDroit à l'oubli et excuses pour les homosexuels

Les condamnations des personnes «coupables» d'homosexualité avant 1986 seront effacées.

L'homosexualité a été dépénalisée en Nouvelle-Zélande en 1986, mais les condamnations des personnes reconnues coupables auparavant sont toujours inscrites à leur casier judiciaire. (Photo d'illustration)
L'homosexualité a été dépénalisée en Nouvelle-Zélande en 1986, mais les condamnations des personnes reconnues coupables auparavant sont toujours inscrites à leur casier judiciaire. (Photo d'illustration)
AFP

La Nouvelle-Zélande va permettre dès 2018 aux homosexuels condamnés en vertu de lois anciennes de rayer ces condamnations de leur casier judiciaire, a annoncé jeudi la ministre de la justice. Elle a présenté ses excuses aux personnes sanctionnées.

L'homosexualité a été dépénalisée en Nouvelle-Zélande en 1986, mais les condamnations des personnes reconnues coupables auparavant sont toujours inscrites à leur casier judiciaire.

Les autorités judiciaires et les forces de police peuvent toujours les voir lorsqu'elles vérifient le passé judiciaire des gens. Dans certains cas, les employeurs exigent de consulter le casier judiciaire des candidats qui postulent à un emploi, a relevé la ministre de la justice Amy Adams.

«Cela va effacer les préjugés et les stigmates»

«Cela veut dire que les gens seront traités comme s'ils n'avaient jamais été reconnus coupables, et cela va effacer les préjugés et les stigmates qui peuvent perdurer autour de ces condamnations», a-t-elle dit. «Je reconnais la douleur subie par ces Néo-Zélandais et j'espère que cette décision contribuera à remédier à la situation», ajouté la ministre, avant de présenter ses excuses.

Jusqu'en 1986, la sodomie et les actes indécents entre hommes étaient pénalement répréhensibles. Selon le ministère de la justice, un millier de personnes sont susceptibles de bénéficier de la nouvelle disposition. Pour ce faire, les condamnations doivent concerner des relations consenties entre personnes âgées d'au moins 16 ans.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.