Les drogues de synthèse, un fléau en Europe

SantéL'expansion massive de ces nouvelles drogues pousse les Etats membres à renforcer leurs lois.

Archive

Archive Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Europe est confrontée à l'arrivée massive de nouvelles drogues de synthèse, a indiqué mardi l'observatoire européen des drogues. Cette situation pousse les Etats membres à renforcer leurs lois pour tenter d'en arrêter la production et le trafic.

Près de 300 nouvelles substances psychoactives (NSP) ont été signalées entre 2013 et 2015 auprès du système d'alerte précoce de l'Union européenne (UE), indiquent dans un rapport de 25 pages l'observatoire européen des drogues et des toxicomanies, et l'unité de coopération judiciaire européenne Eurojust.

Il s'agit principalement de produits synthétiques cannabinoïdes, relatifs aux substances chimiques présentes dans les plants de cannabis.

Cigarette électronique

Les cannabinoïdes rassemblent «un nombre croissant de substances chimiques psychotropes fabriquées par l'homme, qui sont soit vaporisées sur des matières organiques séchées et effritées pour ensuite être fumées, soit vendues sous forme liquide pour être vaporisées et inhalées dans des cigarettes électroniques et autres appareils», d'après l'institut national américain sur l'abus des drogues.

Souvent vendues comme une alternative légale «sûre», ces drogues peuvent en réalité «avoir sur le cerveau un effet plus puissant que la marijuana (et) les effets peuvent être, dans certains cas, plus graves, voire même mortels», selon l'institut.

En Europe, les Etats éprouvent des difficultés pour lutter contre leur forte expansion, selon le rapport européen : «L'évolution du marché européen pour les NSP a accéléré à une vitesse telle que la réponse établie par les autorités publiques, c'est-à-dire la législation sur les drogues, ne lui correspond plus totalement.»

De plus, «à peine une nouvelle substance psychoactive est-elle identifiée par les autorités et contrôlée qu'un substitut la remplace déjà sur le marché», ont précisé les deux organismes européens.

La Finlande, la France, l'Allemagne et les Pays-Bas, notamment, tentent de légiférer sur les cannabinoïdes synthétiques. Une nouvelle loi allemande devrait permettre d'ici à la fin de l'année de simplifier les poursuites et prévoit jusqu'à dix ans de prison pour les dealers de NSP. (ats/nxp)

Créé: 16.11.2016, 03h49

Articles en relation

Pas de dépistage généralisé des drogues à l'armée

Suisse Les soldats ne devraient pas être soumis à des tests systématiques de dépistage des drogues, selon une commission du National. Plus...

Sexe, drogues et peine de mort au menu des élections

Etats-Unis Les Américains votent également sur 150 propositions soumises à des référendums dans une trentaine d'Etats. Plus...

Cinq tonnes de drogues brûlées par la police

Afghanistan Des sachets et des paquets d'opium, dont le pays est le premier producteur mondial, d'héroïne ou encore de haschich ont disparu dans les flammes. Plus...

«Salle de shoot»: 53% de Français contre

France Une majorité de Français est opposée à l'ouverture de la première salle visant à accueillir les drogués à Paris. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le franc faiblit: la France voisine souffre
Plus...