«Dorian»: 2500 personnes encore portées disparues

Bahamas Une semaine après le passage de l'ouragan «Dorian» dans l'archipel des Bahamas, les services d'urgence évoquent des milliers de personnes manquant à l'appel.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités bahaméennes cherchent encore à localiser 2500 personnes, plus d'une semaine après le passage dévastateur de l'ouragan «Dorian» qui a fait au moins 50 morts dans le nord de l'archipel, ont annoncé mercredi les services d'urgence.

«À l'heure actuelle, environ 2500 personnes sont inscrites sur le registre gouvernemental [...] des personnes portées disparues» a déclaré Carl Smith, représentant de l'agence bahaméenne des situations d'urgence (NEMA). Cette liste n'a «pas encore été comparée aux registres du gouvernement sur les personnes placées dans des refuges ou qui ont été évacuées», a-t-il précisé.

Selon le porte-parole, 5500 sinistrés ont été évacués des îles d'Abaco et de Grand Bahama, les plus touchées par la tempête de catégorie 5 qui est restée stationnée sur la zone les 1er et 2 septembre et a fait d'énormes dégâts. Il a noté toutefois une «réduction importante» du nombre de personnes demandant à être évacuées par rapport à mardi.

Vols commerciaux «limités»

Le gouvernement a de nouveau autorisé les vols commerciaux à destination d'Abaco, où l'aéroport avait été rouvert en milieu de semaine dernière. Mais ces vols sont «limités» pour laisser la priorité à l'aide d'urgence et aux évacuations, a dit le porte-parole.

L'ouragan a fait au moins 50 morts, 42 à Abaco et 8 à Grand Bahama, selon un bilan officiel encore provisoire, mais les autorités ont souligné que le nombre de victimes devrait augmenter alors que les opérations de recherche de rescapés se poursuivent dans les zones touchées. «Nous n'allons pas spéculer sur le nombre total», a expliqué Carl Smith, «nous comprenons que les gens soient inquiets et nous le sommes également».

Selon lui, 90% des infrastructures ont été endommagés entre Marsh Harbour et Treasure Cay, à 30 km au nord. Le nord de l'archipel des Bahamas reste plongé dans un grand chaos et la phase d'urgence n'y est pas terminée.

Centrale électrique détruite

À Abaco, les installations électriques ont été gravement endommagées et seuls quelques bâtiments comme l'aéroport, la clinique et l'administration locale ont du courant.

La centrale électrique de Marsh Harbour, la ville principale d'Abaco qui comptait plus de 15 000 habitants, «a été complètement détruite», a souligné M. Smith. Un responsable de la compagnie électrique Bahamas Power and Light a indiqué que l'électricité pourrait revenir d'ici trois semaines dans la partie sud de l'île d'Abaco, peu touchée par l'ouragan. Mais il faudra plusieurs mois pour retrouver une situation normale dans le nord, a-t-il mis en garde. (afp/nxp)

Créé: 11.09.2019, 21h03

Articles en relation

Jusqu'à 6,5 milliards de dollars de dégâts assurés

Ouragan Dorian Selon les prévisions des assureurs, les coûts des dommages causés par Dorian aux Bahamas vont être «importants». Plus...

Les Bahamas face à une longue crise humanitaire

Ouragan Dorian Une semaine après l'ouragan, le bilan est de 44 morts. Les rescapés cherchent leurs proches et font face à des risques sanitaires. Plus...

L'ouragan Dorian dans le détroit de Belle Isle

Canada Dorian, en «cyclone post-tropical très intense», a apporté des pluies torrentielles au Canada. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...