Donald Trump s'attaque au «New York Times»

États-UnisLe président américain critique souvent ce journal, mais il l'a attaqué en diffamation pour la première fois mercredi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'équipe de campagne de Donald Trump a assigné mercredi en diffamation le «New York Times» pour une tribune publiée en mars 2019. Celle-ci évoquait un accord entre le candidat républicain et le président russe Vladimir Poutine pour favoriser l'élection de l'homme d'affaires en 2016.

C'est la première fois que Donald Trump ou son équipe de campagne attaque en diffamation le groupe de presse. Le président et ex-magnat de l'immobilier new-yorkais critique régulièrement le «New York Times» depuis le début de sa première campagne présidentielle, en 2015. L'organisation «Donald J. Trump For President» réclame des dommages et intérêts «dans les millions» de dollars, selon le document déposé mercredi auprès de la Cour suprême de l'État de New York.

Les propos prétendument diffamatoires sont tirés d'une tribune de Max Frankel, ancien directeur exécutif du quotidien entre 1986 et 1994. «Il n'y avait pas besoin de collusion électorale précise entre l'équipe de campagne de Trump et Vladimir Poutine parce qu'ils avaient un accord global: aider à battre Hillary Clinton, en échange d'une nouvelle politique pro-russe», avait-il écrit dans son billet publié le 27 mars 2019.

«Lorsqu'il a publié ces propos, le Times savait très bien qu'ils n'étaient pas vrais», écrit l'équipe de campagne de Donald Trump dans un document signé de son avocat, Charles Harder, sans préciser que le texte était paru dans la section «Opinion» du journal. «Mais le Times les a tout de même publiés, en sachant qu'ils étaient faux et qu'ils tromperaient ses lecteurs», poursuit l'organisation.

«L'ennemi du peuple»

La décision a été prise, selon cette dernière, «du fait de l'orientation extrême du Times et de son animosité contre l'équipe de campagne (Trump)», mais aussi pour «influencer de façon déplacée l'élection présidentielle de novembre 2020».

«L'équipe Trump s'est tournée vers la justice pour punir un éditorialiste d'avoir une opinion qu'elle juge inacceptable», a réagi une porte-parole du «New York Times» dans une déclaration transmise à l'AFP. «Heureusement, la loi protège le droit des Américains à exprimer des jugements et des conclusions, en particulier en cas d'événements d'importance pour l'opinion.»

«Trump a appelé la presse l'ennemi du peuple», a commenté dans un communiqué le candidat à l'investiture démocrate Bernie Sanders. «Et aujourd'hui, s'inspirant de ses amis dictateurs de par le monde, il essaye de revenir sur la liberté de la presse (...) en attaquant le New York Times (...) Assez.» (ats/nxp)

Créé: 27.02.2020, 02h44

Articles en relation

Le ministre de la Justice critique les tweets de Trump

États-Unis Bill Barr a expliqué que certaines prises de position du président américain sur le réseau social compliquaient sa mission. Plus...

Trump veut que le Congrès «efface» sa mise en accusation

Etats-Unis Le président américain Donald Trump a déclaré ce vendredi que sa mise en accusation dans le cadre de son procès en destitution était un «canular» et qu'elle devrait être «effacée» par le Congrès. Plus...

Trump a bien «rendu les Suisses plus riches»

Economie La Suisse vend toujours plus de produits vers les Etats-Unis, deuxième marché d'exportation helvétique, ce que ne manque pas de vanter Donald Trump. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...