Dodo la Saumure incarcéré pour traite humaine

BelgiqueDominique Alderweireld a été placé sous mandat d'arrêt pour traite humaine et fraude sociale.

L'homme avait comparu dans l'affaire du Carlton en 2015.

L'homme avait comparu dans l'affaire du Carlton en 2015. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lui et sa compagne ont été inculpés de traite d'êtres humains, de fraude fiscale ainsi que de bris de scellés placés sur deux maisons closes, a expliqué le procureur belge chargé du droit pénal du travail de la région francophone du Hainaut (sud-ouest), Charles-Eric Clesse. «Dodo la Saumure» exerçait ses activités à Tournai et dans la région, tout près de la frontière française.

«Plusieurs filles avaient été contrôlées sans être déclarées et certaines d'entre elles étaient en séjour illégal en Belgique», a précisé M. Clesse. Parmi la vingtaine de filles qui travaillaient dans les deux établissements du couple, certaines étaient Françaises et d'autres venaient d'Europe de l'Est, a affirmé le procureur.

«Il y avait également une Belge, mère de cinq enfants et chômeuse, et l'on peut imaginer qu'il abusait de sa situation précaire», a-t-il poursuivi. «A quatre reprises, il a brisé les scellés placés sur ses deux établissements, l'un à Tournai, en face du commissariat de police, l'autre dans un village des environs», a ajouté M. Clesse.

M. Alderweireld, qui a été incarcéré, comparaîtra vendredi matin devant une chambre du conseil qui doit statuer sur le sort du prévenu. Le proxénète est passible d'une amende pouvant aller de 4800 à 48'000 euros par jeune femme exploitée ainsi que d'une peine de 6 mois à 3 ans d'emprisonnement, toujours selon M. Clesse.

Ses liens avec DSK

En septembre 2013, la cour d'appel du Hainaut avait déjà condamné «Dodo la Saumure» à une peine de cinq ans avec sursis pour proxénétisme.

De nationalité française et tenancier de maisons closes en Belgique, il avait été propulsé sur le devant de la scène médiatique française pour ses liens avec l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn. Accusé de proxénétisme aggravé dans le procès du Carlton à Lille (hôtel où plusieurs notables avaient profité de services de prostituées), il avait été relaxé en 2015.

Personnage haut en couleur, «Dodo la Saumure» se définit comme un «souteneur» toujours prêt à aider ses «filles» plutôt qu'un vulgaire proxénète, même s'il dit regarder les femmes «avec l’œil du maquignon».

Né à Annoeullin (nord de la France) le 5 février 1949, il racontait dans son ouvrage «Moi, Dodo la saumure» (Denoël) avoir traversé une «enfance difficile» dans différentes localités du nord, où il ne pouvait se laver qu'une fois par semaine. (ats/nxp)

Créé: 27.07.2017, 14h29

Galerie photo

Tout comprendre sur l'affaire du Carlton de Lille

Tout comprendre sur l'affaire du Carlton de Lille Le procès de Dominique Strauss-Kahn s'est ouvert le 2 février 2015 à Lille. Au total 14 personnes sont poursuivies dans une affaire complexe de proxénétisme.

Articles en relation

Affaire du Carlton: DSK condamné au civil

France Dominique Strauss-Kahn et sept autres prévenus devront payer 20'000 euros de dommages et intérêts à une association de lutte contre la prostitution. Plus...

La presse évoque le «fiasco» de l'affaire Carlton

France La presse fait le procès de l'institution judiciaire qui a permis la relaxe de DSK vendredi, «un fiasco de plus». Plus...

Procès du Carlton: DSK et douze autres prévenus relaxés

Tribunal de Lille Le tribunal correctionnel de Lille a relaxé Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille. Treize des 14 prévenus ont été blanchis, y compris «Dodo la Saumure». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...