Djorkaeff fait jouer des enfants réfugiés au foot

GrècePour «réapprendre à jouer» après l'exil et les violences, 200 réfugiés et migrants mineurs participent cet été à Athènes à des camps de football.

Youri Djorkaeff le 12 juin 2018.

Youri Djorkaeff le 12 juin 2018. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A l'initiative de la Fondation de l'ancien international français Youri Djorkaeff, plusieurs programmes, qui s'adressent à 85% à des mineurs non accompagnés, ont été présentés vendredi à l'ambassade de France à Athènes par leurs organisateurs, incluant l'Unicef, l'ONG grecque Organization Earth et la municipalité.

Venus de 19 pays différents, les participants, garçons et filles âgés de 12 à 17 ans, ont été recrutés dans des centres d'accueil. Jusqu'au 10 août, ils se verront offrir des entraînements de foot, assortis d'activités culturelles, dans deux stades de la capitale.

«Redonner le droit de jouer à ces enfants est un devoir», a souligné Youri Djorkaeff, 50 ans, champion du monde en 1998 et champion d'Europe en 2000. L'ancien joueur de Monaco et de l'Inter Milan a affirmé avoir été sensibilisé «au monde de réfugiés en Europe» par un reportage sur la «jungle» de Calais, en France.

«Je connais les valeurs de l'immigration et du sport», a insisté ce descendant d'Arméniens et Russes, rappelant que sa famille s'est intégrée en France après avoir dû fuir la Turquie et la Russie.

Grand exode en Grèce

Il a indiqué avoir choisi d'agir en Grèce au vu de la prise en charge dans ce pays de quelque 60'000 exilés, amenés par le grand exode de 2015 et 2016.

Plus de 23'000 d'entre eux sont des mineurs, dont quelque 3.500 non accompagnés, «les plus vulnérables», a détaillé le coordinateur de l'Unicef en Grèce, Lucio Melandri. «Nous voulons leur transmettre les valeurs du sport, solidarité, respect et esprit d'équipe, nous inspirer de leur courage, et leur redonner l'opportunité de redevenir des enfants», a-t-il souligné.

L'initiative, mise en oeuvre par une équipe comptant de jeunes Afghans, Syriens, Guinéens et Grecs, se veut un «exemple» pour qu'à travers tout le pays, les autorités locales prennent le relais de l'intégration en incluant les réfugiés et migrants dans les activités destinées aux enfants, a-t-il expliqué. (afp/nxp)

Créé: 20.07.2018, 14h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...