«Il a dit «Allahou Akbar» tout doucement»

Attaque à ParisDes badauds ont évoqué les faits survenus samedi soir dans la capitale française. Témoignages.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est 20h40 (18h40 GMT) samedi dans le quartier très touristique de l'Opéra, à Paris: un jeune homme armé d'un couteau déambule lentement et attaque des passants au hasard. Moins de 20 minutes plus tard, il est abattu par la police après avoir tué un homme et blessé quatre personnes.

- Aux environs de 20h40 - «Il avait des traces de sang sur le visage et une lame dans la main droite»: Romain, 34 ans, est en train de passer commande au café Starbucks de l'avenue de l'Opéra avec sa femme et son fils de 6 ans lorsqu'il aperçoit l'assaillant, sur le trottoir d'en face, qui s'en prend à un passant. «Sa victime a lâché son kebab et est parvenue à s'enfuir. L'homme a alors traversé la rue et s'est dirigé vers nous», raconte ce témoin.

«Il avait une barbe pas très longue, était habillé normalement. Il ne correspondait pas au stéréotype» du djihadiste, , dit-il.

«Il s'est approché calmement, ça contrastait avec la panique qu'il y avait autour de lui, les gens qui criaient et couraient. Il a dit «Allahou Akbar», deux fois, tout doucement, c'était glaçant. On a fermé la porte du restaurant à clé, du coup il a fait demi-tour. Un taxi s'est arrêté à son niveau. Il a donné plusieurs coups de couteau par la fenêtre, que le conducteur a réussi à esquiver, puis il a poursuivi son chemin».

- 20h46 - Romain est parmi les premiers à appeler le 17. Des policiers en civil sont déjà sur place.

- 20h48 - Une patrouille de trois agents de police-secours circule à quelques dizaines de mètres de là. Les policiers sont alors alertés par des passants qui les informent de la présence d'un homme muni d'un couteau, qui vient d'agresser plusieurs personnes. Ils le rattrapent. Les voyant arriver à sa hauteur, l'agresseur se dirige vers eux et les menace : «Tire, tire, je vais te planter!».

- 20h56 - A deux reprises, un des policiers essaie de le maîtriser avec un pistolet à impulsion électrique, sans succès. Son collègue sort alors son arme et tire deux fois. Le jeune homme est atteint au niveau du coeur. Il lâche son couteau, dont la lame de 10 cm se brise.

- 21h24 - L'assaillant, qui se révélera être un Français d'origine tchétchène âgé de 20 ans, est officiellement déclaré mort. Sur son parcours macabre, Khamzat A., qui était suivi pour radicalisation islamiste, a laissé cinq victimes : un jeune homme de 29 ans, retrouvé mort, et quatre blessés, dont un Luxembourgeois, qui seront rapidement déclarés hors de danger.

Toutes les rues adjacentes sont bouclées, bordées par un impressionnant dispositif des forces de l'ordre. Derrière les rubans barrant l'accès, des dizaines de touristes et de badauds, certains sortant du théâtre des Bouffes parisiens tout proche, d'autres avec leurs valises, cherchent, désorientés, à comprendre ce qu'il se passe.

«Dans les cinq minutes» suivant l'appel aux secours, les policiers étaient sur place et «moins de neuf minutes» après, l'auteur de l'attaque était abattu, a relaté le Premier ministre Edouard Philippe. «Cette rapidité dans la réaction a de toute évidence évité un bilan plus lourd».

(afp/nxp)

Créé: 13.05.2018, 14h08

Articles en relation

L'assaillant, né en Tchétchénie, était fiché S

Attaque à Paris L'homme qui a tué une personne, près de l'Opéra Garnier, à Paris, samedi était fiché pour radicalisation islamiste. Plus...

L'EI revendique l'attaque au couteau à Paris

France Un homme armé d'un couteau a tué une personne près de l'Opéra Garnier et en a blessé quatre autres avant d'être abattu samedi. Le groupe EI a revendiqué l'attaque. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève éteint ses lumières le 26 septembre
Plus...