«Quand je devais tuer quelqu'un, je me droguais»

République Démocratique du CongoUn ex-enfant soldat raconte sa vie dans les maquis du nord-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo. Et la manière dont il s'en est finalement sorti.

Ulimwangu espère que le fléau des enfants-soldats prendra fin au Nord-Kivu.

Ulimwangu espère que le fléau des enfants-soldats prendra fin au Nord-Kivu. Image: Unicef

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il veut se faire appeler Ulimwangu. Ce n'est pas son vrai nom mais pour lui, c'est une question de survie. Car Ulimwangu est un ancien enfant-soldat du Nord-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo.

À l'occasion de la Journée internationale des enfants soldats, il s'est confié à la Tribune de Genève depuis la ville de Goma. «En 2016, en allant à l'école, j'ai été recruté de force». Ulimwangu, alors âgé de 16-17 ans, doit se battre au sein de la milice Nyatura. «Nous nous battions contre les Mai-Mai, un autre groupe de rebelles.»

Il est resté un an avec ce groupe. Il raconte la vie dans les forêts, les punitions, les corvées et aussi les drogues. «Je prenais de l'alcool, des boissons ou des noix (le chanvre, ndlr). Je les utilisais quand je devais aller à la bataille ou tuer quelqu'un.»

Vivant mais fugitif

Il a cherché plusieurs fois à fuir mais sans succès. Jusqu'au jour où il est battu pour avoir refusé les règles du groupe. «C'était très dur, je devais décharger du ravitaillement. Là-bas, quand tu tues, tu dois te voiler le visage. Je n'ai pas voulu et j'ai laissé la vie sauve. C'est l'erreur que j'ai commise.»

Après sa fuite, Ulimwangu est recueilli par une association qui s'occupe des enfants-soldats. Mais il reste toujours prudent. «Je ne peux pas retourner dans mon village car si mon ancien commandant me reprend, il me tranchera la gorge.»

Il ne ressent pas de sentiments de honte ou de culpabilité «même si cela arrive parfois». Le désormais ex-enfant soldat se montre très reconnaissant envers l'Unicef. «Ils m'ont beaucoup aidé, ils m'ont appris un métier, celui d'ajusteur.» Il compte ouvrir un atelier afin d'aider ses proches et sa famille. Son père étant décédé, c'est à lui d'aider sa mère pour subvenir à leurs besoins.

Beaucoup de malades dans les forêts

Ulimwangu veut également garder un oeil sur son petit frère, qui a été également embrigadé de force et a réussi à s'enfuir. Il espère que la paix reviendra dans la région. «Il faut appliquer les accords, pour que les enfants ne soit plus recrutés de force. Il y a beaucoup de malades dans les forêts, c'est très difficile pour eux et ils ne peuvent pas s'échapper comme je l'ai fait.»

Il demande à la Suisse de soutenir l'Unicef «comme elle m'a aidé. C'est elle qui est en charge des enfants, de leur fournir des habits de la nourriture. Ce que je souhaite, c'est que l'Unicef puisse aider les autres comme elle m'a aidé.»

Créé: 12.02.2020, 11h14

Les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, frontalières avec le Rwanda et le Burundi, sont le théâtre de troubles sanglants depuis une vingtaine d'années. Le gouvernement central de Kinshasa a beaucoup de peine à faire respecter la loi. (Image: Google Maps)

Plus de 20 ans de guerre au Nord-Kivu

Le Nord-Kivu est une province de l'Est de la république démocratique du Congo. Cette région riche en richesses minières est le théâtre depuis 20 ans de milices en rebellion ouverte contre le gouvernement central.
Les Mai-Mai y sont un des groupes les plus puissants. Dans la province, ils affrontent la Coalition des Mouvements pour le Changement (CMC), surnommé Nyatura.

Articles en relation

Au moins 36 civils tués à la machette à Béni

RD Congo Un nouveau massacre de populations civiles s'est déroulé près de Béni dans la nuit de mardi à mercredi. Le groupe armé des ADF est montré du doigt. Plus...

«Nous sommes abandonnés à nous-mêmes»

République du Congo Des coulées de boue à Brazzaville ont fait des milliers de sinistrés en engloutissant leurs maisons sous le sable. Plus...

RD Congo: aide d'urgence du FMI

Afrique Le FMI débloque près de 369 millions de dollars de crédit d'urgence pour Kinshasa. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...