Deux responsables du parti pro kurde sous enquête

TurquieAnkara reproche aux deux responsables du HDP des déclarations faites sur l'offensive lancée à Afrine, en Syrie.

Pervin Buldan, élue dimanche à la co-présidence du Parti démocratique des peuples (HDP), une député sont mises sous enquête par Ankara.

Pervin Buldan, élue dimanche à la co-présidence du Parti démocratique des peuples (HDP), une député sont mises sous enquête par Ankara. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet d'Ankara a ouvert lundi une enquête contre deux responsables du principal parti pro kurde, dont sa nouvelle coprésidente. Cela en raison de propos tenus contre l'opération menée par la Turquie dans le nord de la Syrie.

Une enquête a été ouverte contre Pervin Buldan, élue dimanche à la co-présidence du Parti démocratique des peuples (HDP), et Sirri Süreyya Önder, député du HDP, en raison de déclarations faites lors du Congrès du parti à propos de l'offensive lancée le 20 janvier dans l'enclave syrienne d'Afrine pour en déloger les Unités de protection du peuple (YPG), a indiqué le parquet.

Ankara considère les YPG, pourtant alliés de Washington, comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée «terroriste» par la Turquie et ses alliées occidentaux, et qui mène une insurrection armée depuis trois décennies contre le pouvoir central turc.

Le parquet n'a pas précisé quels étaient les propos reprochés aux deux responsables du HDP, mais le parti critique vertement l'offensive d'Afrine depuis son lancement, y voyant une «invasion» visant «les Kurdes en tant que peuple».

«Propagande terroriste»

Selon l'agence étatique Anadolu, Mme Buldan et M. Önder sont poursuivis pour «propagande terroriste», «incitation à la haine et à l'hostilité» et «éloge de crimes et de criminels» en raison de leurs propos critiquant l'offensive et de l'affichage lors du congrès de portraits d'Abdullah Öcalan, le chef du PKK arrêté en 1999.

Depuis le lancement de l'opération, baptisée «Rameau d'olivier», 666 personnes ont été arrêtées en Turquie pour s'y être opposées, a annoncé lundi le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Parmi elles, 474 personnes ont été arrêtées pour avoir fait de la «propagande terroriste sur les réseaux sociaux» et 192 pour avoir participé à des manifestations contre l'opération, a précisé le communiqué.

Le président Recep Tayyip Erdogan avait appelé à l'unité nationale autour de cette offensive, mettant en garde ceux qui s'y opposeraient. (ats/nxp)

Créé: 12.02.2018, 13h08

Galerie photo

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017)

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017) Plus de six ans de guerre ont fait plus d'un demi-million de morts et cinq à six millions de déplacés. Les négociations de paix patinent.

Galerie photo

Turquie: tentative de coup d'Etat avortée

Turquie: tentative de coup d'Etat avortée La tentative de putsch de la part de militaires rebelles contre le gouvernement turc a échoué.

Articles en relation

Le parti pro-kurde HDP remplace son dirigeant

Turquie Les délégués du principal parti prokurde ont élu Pervin Buldan et Sezai Temelli pour remplacer notamment leur charismatique leader incarcéré, Selahattin Demirtas. Plus...

Combattante mutilée, Kurdes indignés

Syrie Une vidéo montrant le corps en mauvais état d'une jeune femme de 23 ans a provoqué un véritable tollé dans la communauté kurde. Plus...

La Turquie mène une opération militaire en Syrie

Syrie L'armée turque a lancé une offensive terrestre et aérienne dans l'enclave d'Afrine aux mains d'une milice kurde. Plus...

Nouveaux blindés turcs en territoire syrien

Guerre Une dizaine de chars supplémentaires de l'armée turque sont entrés en Syrie jeudi dans le cadre de l'opération visant à chasser les combattants de Daech de la région frontalière de Jarablos. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...