Passer au contenu principal

Les deux Pussy Riot relâchées à Sotchi

Deux membres des Pussy Riot qui avaient été arrêtées à Sotchi pour une histoire de vol dans un hôtel ont été relâchées.

Maria Alekhina (à gauche) et Nadejda Tolokonnikova, lors d'une arrestation précédente.
Maria Alekhina (à gauche) et Nadejda Tolokonnikova, lors d'une arrestation précédente.
ARCHIVES, AFP

Les deux jeunes femmes du groupe contestataire russe Pussy Riot interpellées mardi par la police dans le centre de Sotchi, ville où se déroulent les jeux Olympiques d'hiver, ont été relâchées, a constaté un journaliste de l'AFP.

Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont été relâchées après avoir été interrogées dans un poste de police dans le cadre d'une affaire de vol dans un hôtel, et sont reparties en taxi. Plusieurs autres personnes appréhendées en même temps ont également été relaxées.

Les deux jeunes femmes, libérées fin décembre après 21 mois de détention, ont auparavant annoncé avoir été interpellées dans le centre de Sotchi. «Nous avons été arrêtées... et sommes accusées de cambriolage», a écrit Nadejda Tolokonnikova sur son compte twitter (voir ci-dessous).

«Nous nous promenions simplement»

«Quand nous avons été arrêtées, nous n'avions entrepris aucune action, nous nous promenions simplement dans Sotchi», a-t-elle ajouté.

Une autre membre du groupe, Maria Alekhina, a confirmé avoir été également arrêtée.

Les deux jeunes femmes ont été interpellées à 30 km du principal site olympique de Sotchi. D'après Nadejda Tolokonnikova, une troisième membre du groupe a également été interpellée.

Elles ont été emmenées dans un poste de police du district d'Adler, le plus proche du site olympique du pôle mer.

«Prière punk» contre Vladimir Poutine

Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, ainsi qu'une troisième membre du groupe avaient été arrêtées en février 2012 après avoir interprété une «prière punk» contre Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou.

Elles avaient été condamnées en août 2012 à deux ans de camp notamment pour «hooliganisme». La troisième avait vu sa peine commuée en sursis lors d'un procès en appel.

Tolokonnikova et Alekhina avaient été amnistiées et libérées en décembre, après 21 mois de détention, à quelques semaines de l'ouverture des jeux Olympiques de Sotchi, chers au président Vladimir Poutine.

Fin janvier, Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina avaient participé à un concert à New York de la pop star américaine Madonna, qui les avait invitées après les avoir soutenues et avoir critiqué leur condamnation.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.