«La déshumanisation de l’autre est inquiétante»

CICRA l’heure des 150 ans de la Convention de Genève, le directeur du CICR, Yves Daccord, explique comment le droit humanitaire évolue.

Le directeur du CICR, Yves Daccord s'inquiète de la déshumanisation de l'autre.

Le directeur du CICR, Yves Daccord s'inquiète de la déshumanisation de l'autre. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Directeur général du CICR depuis 2010, Yves Daccord pilote une organisation soumise aux soubresauts d’un monde en crise. Jamais l’action du CICR n’a été aussi nécessaire mais jamais non plus les risques pris par son personnel n’ont été si grands. Interview.

«Humaniser la Guerre», c’est votre devise. Mais le droit humanitaire n’a jamais été aussi bafoué…

C’est vrai que ce qui se passe par exemple en Centrafrique ou au Moyen-Orient nous préoccupe vivement mais nous ne devons pas abandonner notre ambition pour autant. Durant la Seconde Guerre mondiale, les choses étaient tout aussi difficiles. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde très connecté où tout se vit en temps réel. Voilà ce qui a changé.

Dans ce monde très connecté, les vidéos d’exécutions ne traduisent-elles pas une volonté de transgresser toutes les règles du droit international?

Les images ont toujours été utilisées durant les guerres pour faire passer des messages. On sait leur impact. Aujourd’hui, il y a une capacité à les diffuser mondialement et instantanément. En Irak, où vient d’être exécuté le journaliste James Foley, les groupes extrémistes utilisent la vidéo pour créer un sentiment de terreur. C’est vrai que cette approche totalement déshumanisée du rapport à l’autre est inquiétante.

Peut-on encore nouer le dialogue avec les gens qui commettent ces crimes quand on est le CICR?

La question n’est pas de savoir si on le peut, on le doit. Evidemment, c’est très difficile. Mais c’est notre mission. En Afghanistan, avec les talibans nous avons connu des années difficiles mais nous n’avons jamais renoncé. Les groupes qui commettent les actes que vous évoquez contrôlent des territoires ou l’accès aux villes où se trouvent des centaines de milliers de gens en souffrance. Il n’est pas question de les abandonner à leur sort.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans nos éditions payantes de lundi 25 août 2014

Tableau du peintre français Charles-Edouard Armand-Dumaresq (1826-1895) représentant l'adoption de la première Convention de Genève dans la salle de l'Alabama de l'Hôtel de Ville. Image: DR/Etat de Genève

Signature de la première Convention de Genève (TDG)

Créé: 25.08.2014, 08h22

Articles en relation

La première Convention de Genève fête ses 150 ans

Droit humanitaire Il y a 150 ans, douze Etats signaient à l'Hôtel de Ville la première Convention de Genève. Elle vise à protéger les soldats blessés et les secouristes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...