Des djihadistes résistent encore et toujours

IrakA Mossoul, les derniers combattants de l'EI donnent du fil à retordre aux forces irakiennes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'armée irakienne cherchait toujours vendredi à éliminer les dernières poches de résistance des combattants de Daech dans Mossoul, quatre jours après la proclamation de la victoire par le Premier ministre Haïdar al Abadi. Bagdad dit en outre enquêter sur de possibles exactions de ses forces de sécurité à l'encontre de djihadistes.

Des habitants de Mossoul ont entendu des explosions et des hélicoptères des forces gouvernementales ont survolé la ville. «Trois obus de mortiers ont explosé dans notre quartier», a dit par téléphone un habitant de Faissaliah, dans l'est de Mossoul, sur les bords du Tigre.

Lundi, le Premier ministre irakien a annoncé officiellement dans une allocution télévisée la victoire de l'armée irakienne à Mossoul, ville que l'organisation Etat islamique (EI) contrôlait depuis juin 2014.

Haïdar al Abadi va devoir faire face à de nombreux défis pour combattre un climat d'instabilité, dont les vendettas, les tensions sectaires et ethniques qui durent depuis l'invasion américaine en 2003.

Le grand ayatollah Ali Sistani, plus haut dignitaire chiite d'Irak, a pressé les Irakiens d'éviter la violence et le sectarisme, lors de sa première prière du vendredi depuis l'annonce de la victoire de l'armée à Mossoul.

Exactions contre des djihadistes

Bagdad enquête par ailleurs sur de possibles exactions commises par ses forces de sécurité à l'encontre de djihadistes de l'EI faits prisonniers à Mossoul. Sur une vidéo récemment mise en ligne, on voit deux hommes portant l'uniforme militaire irakien en train de battre un détenu barbu.

L'homme est ensuite traîné jusqu'au rebord d'une falaise, d'où il est jeté. Les soldats lui tirent alors dessus, ainsi que sur un autre corps gisant en contrebas.

«Il y a peut-être eu une mauvaise conduite (...) de la part de certains militaires, oui. Mais l'enquête est en cours», a assuré jeudi le porte-parole du ministère irakien de l'intérieur. Il a affirmé que plusieurs personnes ont déjà été suspendues.

Quiconque commettrait des exactions aura des comptes à rendre, a pour sa part averti un porte-parole du commandement des opérations conjointes irakiennes, tout en mettant en garde contre la possibilité d'une vidéo truquée.

Reportage du «Spiegel»

À la fin mai, après la publication d'un reportage par l'hebdomadaire allemand Der «Spiegel», Bagdad avait déjà annoncé l'ouverture d'une enquête sur des faits de torture, d'exécutions sommaires et de viols par des forces spéciales lors de la bataille pour reprendre Mossoul. (ats/nxp)

Créé: 14.07.2017, 14h53

Articles en relation

Bagdad enquête sur des exactions contre l'EI

Irak Le gouvernement irakien enquête sur de possibles exactions de ses soldats contre des djihadistes de l'EI prisonniers à Mossoul. Plus...

Mossoul: la dernière poche résiste toujours

Irak Les derniers combattants de l'Etat islamique ne contrôlent plus qu'un réduit de 200 m sur 100 m dans la vieille ville. Plus...

La victoire par procuration des Américains

Irak La conquête de Mossoul par les Irakiens valide la stratégie de Barack Obama qui ne voulait pas de troupes américaines au sol. Plus...

Priorité à la «stabilité et la reconstruction»

Mossoul Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a déclaré à Mossoul la victoire de l'Irak sur la «brutalité» de l'Etat islamique. Plus...

Mossoul est tombé. Au tour de Raqqa? Reportage au cœur des forces anti-Daech

Guerre au Moyen-Orient Les unités arabo-kurdes sont entrées dans la vieille-ville, où 2000 djihadistes se battront jusqu’à la mort, parmi les civils! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...