Passer au contenu principal

AmazonieDerrière les feux, l'appétit pour le bœuf et le soja

Selon les scientifiques, l'élevage bovin est le principal facteur de déforestation de l'Amazonie, dont les incendies en sont les conséquences.

La forêt amazonienne brûle et le monde s’inquiète.

De la viande bovine et du soja OGM, achetés goulûment dans le monde entier: voilà les activités agricoles qui rongent l'Amazonie. Selon tous les chercheurs, elles expliquent la dramatique multiplication des incendies.

«L'élevage bovin extensif est le principal facteur de déforestation de l'Amazonie. Un peu plus de 65% des terres déboisées en Amazonie sont aujourd'hui occupées par des pâturages», explique Romulo Batista, chercheur chez Greenpeace.

Le Brésil est le premier exportateur mondial de boeuf. Ses exportations de viande bovine ont atteint en 2018 le record de 1,64 million de tonnes, selon l'Association des industries exportatrices de viande au Brésil. Les principaux marchés sont la Chine, suivie de l'Egypte, puis de l'Union européenne.

Croissance spectaculaire

Derrière cette première place, un peu plus de vingt ans de croissance plus que spectaculaire. Entre 1997 et 2016, par exemple, le pays a tout simplement multiplié par 10 ses exportations de viande bovine (en poids comme en valeur). Le marché est dominé par trois mastodontes: JBS, Minerva et Marfrig.

Les activités agricoles occupent quant à elles près de 6,5% de la surface déboisée. Déjà premier exportateur mondial de soja devant les Etats-Unis, le Brésil a exporté un record de 83,6 millions de tonnes en 2018, soit 22,6% de plus qu'en 2017, selon le ministère brésilien de l'Economie.

Cette performance s'explique surtout par l'appétit de la Chine, premier client du soja brésilien, majoritairement OGM: la guerre commerciale qui oppose Pékin et Washington depuis près d'un an a conduit l'Empire du Milieu à acheter davantage au Brésil pour nourrir son bétail. Les exportations de soja brésilien vers la Chine ont fait un bond de près de 30% l'an dernier.

«Addiction» européenne au soja

Le soja était l'une des principales cultures à grignoter du terrain sur la forêt amazonienne. Mais depuis un moratoire entré en vigueur en 2006, «moins de 2% du soja planté en Amazonie provient de zones déboisées après 2008», précise M. Batista.

L'Europe aussi est client du soja brésilien, qui y sert surtout à l'alimentation animale, selon Greenpeace. L'ONG avait dénoncé en juin une «addiction» européenne à ces exportations de soja venus d'Amérique du sud, utilisées en particulier pour les élevages industriels de volaille et porc.

Principale production céréalière du Brésil, le soja a connu une incroyable ascension dans les années 1970, avec la migration de producteurs du sud vers le centre-ouest du Brésil, le développement de nouvelles techniques de culture et l'usage de pesticides.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.