Dépendre du charbon, une menace «existentielle»

OcéanieLe Forum des îles du Pacifique débute mardi. Les Fidji pointent du doigt l'utilisation du charbon de l'Australie qui néglige le réchauffement climatique.

L'Australie a très souvent recours aux énergies fossiles.

L'Australie a très souvent recours aux énergies fossiles. Image: Photo d'illustration

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Fidji ont exhorté lundi l'Australie à agir contre le réchauffement climatique, en expliquant à la veille du sommet annuel du Forum des îles du Pacifique (FIP) que la dépendance de Canberra envers le charbon constituait «une menace existentielle» pour les insulaires.

Le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama a ajouté que l'Australie devait reconnaître cette menace pour les petits îles du Pacifique.

«J'appelle l'Australie à faire tout ce qui est possible pour réaliser une transition rapide du charbon vers les sources d'énergie qui ne contribuent pas au réchauffement climatique», a-t-il expliqué lors d'une réunion aux Tuvalu, qui accueillent cette semaine le FIP.

Risque de disparition

Le réchauffement climatique a des impacts divers sur les îles de la région. Celles qui sont peu élevées risquent tout simplement de disparaître en raison de l'élévation du niveau des océans. Beaucoup d'autres, parfois les mêmes, sont de plus en plus régulièrement frappées par des cyclones dévastateurs, dont l'intensification est également due aux bouleversements climatiques.

Ces îles ont donc été profondément irritées du fait que le gouvernement australien, dirigé par le climatosceptique Scott Morrison, ait récemment donné son feu vert à un projet minier très controversé du groupe indien Adani dans l'Etat du Queensland (nord-est de l'Australie).

«Nous sommes face à une menace existentielle à laquelle vous n'êtes pas exposé et à des défis dont nous souhaiterions qu'ils soient mieux appréciés par votre gouvernement et votre population», a plaidé M. Bainimarama.

«Pour le dire simplement, on ne peut plus continuer à défendre le charbon en tant que source d'énergie si les pays veulent atteindre l'objectif de zéro émission en 2050», a-t-il estimé.

Trois jours de sommet

Le FIP, qui réunit 16 pays d'Océanie ainsi que la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française, se tiendra de mardi à jeudi.

Cette année, même ses plus petits Etats membres se sont faits entendre pour dénoncer la politique climatique de l'Australie, alors même que Canberra a lancé une offensive de charme dans la zone pour contrer l'influence grandissante de Pékin.

Les dirigeants des Tuvalu, de l'archipel des Palaos ou du Vanuatu sont montés au créneau pour dénoncer la passivité de l'Australie sur cette question.

Ancien putschiste devenu militant de la cause climatique, M. Bainimarama assistera pour la première fois en une décennie au sommet du FIP.

Il a été qualifié de dictateur par l'Australie et la Nouvelle-Zélande après avoir pris le pouvoir en décembre 2006 dans un coup d'État sans effusion de sang qui valut des sanctions aux Fidji et une suspension du Commonwealth et du FIP. (afp/nxp)

Créé: 12.08.2019, 10h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...