Un défenseur des indigènes assassiné en Amazonie

BrésilAprès le drame des flammes qui ont ravagé la forêt, un représentant des autochtones qui y vivent, a été tué.

Les populations qui vivent dans la forêt font face à de nombreuses difficultés ces temps-ci.

Les populations qui vivent dans la forêt font face à de nombreuses difficultés ces temps-ci. Image: Rafael Aleixo/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un Brésilien qui œuvrait dans la défense des peuples autochtones en Amazonie a été tué par balles, a annoncé lundi l'organisme public chargé des affaires indigènes, pour lequel la victime travaillait occasionnellement.

La Fondation de l'Indien (Funai) a fait part dans un communiqué de sa «tristesse face à l'assassinat de Maxciel Pereira dos Santos», qui avait pris part à des missions de l'organisme à Tabatinga, petite ville située proche de la frontière avec le Pérou et la Colombie.

Un peuple en danger

D'après l'association Indigenistas Associados, qui regroupe des collaborateurs de la Funai, la victime a été tuée «devant sa famille». Cette association fait part d'«indices» selon lesquels l'assassinat aurait été perpétré «en raison de son combat contre les pratiques illicites dans le territoire indigène du Vale do Javari», a ajouté l'association sur son site. Maxciel Pereira dos Santos travaillait depuis plus de 12 ans pour la Funai dans des missions de «protection et promotion des droits des peuples autochtones».

Le territoire du Vale do Javari, qui regroupe «le plus grand nombre d'indigènes isolés au monde» est régulièrement la cible de «braconnage, d'orpaillage et d'exploration illégale de bois», a indiqué Indigenistas Associados. À quelques kilomètres de la ville de Tabatinga, où Maxciel Pereira dos Santos a été tué, les représentants de sept pays sud-américains se réunissaient le même jour à Leticia, ville frontalière colombienne, pour discuter des mesures de préservation de la forêt amazonienne Amazonie.

Le gouvernement du président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro a été vivement mis en cause ces dernières semaines par la communauté internationale en raison de la recrudescence de la déforestation et des incendies en Amazonie. (afp/nxp)

Créé: 09.09.2019, 22h27

Articles en relation

Un sommet pour défendre l'Amazonie

Amérique du Sud Pour répondre aux problèmes environnementaux en Amazonie, sept pays d'Amérique latine se sont réunis vendredi en Colombie. Plus...

Vers un «appel mondial» pour l'Amazonie

Diplomatie Le sommet sur l'Amazonie lancera vendredi en Colombie un «appel mondial» pour sa protection. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...