Décrocher un portrait de Macron jugé «légitime»

LyonUn juge a relaxé lundi deux écologistes ayant décroché des portraits du président français pour dénoncer son manque d'action sur le dossier climatique.

Des militants écologistes avec un portrait d'Emmanuel Macron qu'ils viennent de décrocher à la mairie de Saint-Ouen, le 11 septembre 2019.

Des militants écologistes avec un portrait d'Emmanuel Macron qu'ils viennent de décrocher à la mairie de Saint-Ouen, le 11 septembre 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Décision inédite au tribunal correctionnel de Lyon: le juge unique a invoqué lundi «l'état de nécessité» et le «motif légitime» pour relaxer deux «décrocheurs» d'un portrait d'Emmanuel Macron en février dernier, poursuivis pour vol en réunion.

«C'est une première et un très très bon signal pour nous», a déclaré à l'AFP une porte-parole du mouvement Action non violente-COP21 qui a salué cette «décision historique» actant «le non-respect des objectifs climatiques de la France et la légitimité des actions de désobéissance civile face à l'urgence climatique».

Le parquet a annoncé lundi soir avoir fait appel de la décision. Le 2 septembre, ce dernier avait requis une amende de 500 euros contre les deux militants, un homme et une femme âgés de 32 et 33 ans, qui avaient décroché le portrait du président de la République dans la mairie du 2e arrondissement de Lyon. «Le vol est constitué et il ne règle en rien le dérèglement climatique», avait alors estimé la procureur Rozenn Huon.

Valeur symbolique

Dans sa décision, lundi, le juge a reconnu que le vol de «l'objet d'une valeur fortement symbolique» était bien matérialisé. Mais, selon lui, la réalité du dérèglement climatique «affecte gravement l'avenir de l'humanité», ce qui légitime «d'autres formes de participation» des citoyens, «dans le cadre d'un devoir de vigilance critique».

Pour lui, l'intrusion d'une vingtaine de militants dans la mairie d'arrondissement a troublé l'ordre public de manière «très modérée». Le magistrat a estimé que l'action des militants a finalement constitué une interpellation légitime du président de la République.

«Le décrochage et l'enlèvement sans autorisation de ce portrait dans un but voué exclusivement à la défense de cette cause (...) doit être interprété comme le substitut nécessaire du dialogue impraticable entre le président de la république et le peuple», a-t-il encore indiqué.

«C'est la reconnaissance de plusieurs années de militantisme», a salué très émue la jeune femme relaxée, à la sortie de la salle d'audience.

«L'indiscutable urgence climatique»

L'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot avait défendu lors de l'audience début septembre «un acte citoyen au sens le plus noble du terme» et un scientifique du CNRS avait exposé «l'indiscutable urgence climatique».

«Cette décision doit sonner l'arrêt de l'acharnement judiciaire que (la Garde des Sceaux) Nicole Belloubet et ses procureurs font subir depuis plusieurs mois aux militants écologistes», a déclaré le chef de file de La France insoumise dans un communiqué. «Le jugement d'aujourd'hui est un point de marqué pour la défense de l'intérêt général humain mais aussi dans la bataille contre la dérive autoritaire du pouvoir», a relevé Jean-Luc Mélenchon.

Le porte-parole d'EELV Julien Bayou s'est également réjoui sur Twitter d'une «victoire symbolique extrêmement forte». «Le tribunal a reconnu à la fois l'insuffisance des politiques publiques et la légitimité des actions de décrochage de portrait dans une démocratie en panne.»

Devoir moral

Le premier procès de «décrocheurs» s'était tenu fin mai à Bourg-en-Bresse. Un militant écologiste avait été condamné à une peine d'amende ferme de 250 euros et cinq autres à une amende avec sursis. Deux semaines plus tard, le tribunal correctionnel de Strasbourg avait relaxé trois militants qui avaient brièvement décroché un portrait du chef de l'État dans une mairie du Bas-Rhin.

La semaine dernière, huit militants écologistes jugés à Paris ont défendu cette action de désobéissance civile pour dénoncer «l'inaction climatique» au sommet de l'État, invoquant un «devoir moral».

«Nous espérons que les jugements des prochains procès percevront également le tournant historique que nous sommes en train de vivre et reconnaîtront que ce type d'action est nécessaire pour lancer l'alerte», a déclaré Cécile Marchand, porte-parole d'ANV-COP21, qui fait partie des militants poursuivis à Paris. Deux procès sont notamment prévus à Mulhouse et Nancy le 9 octobre, selon ANV-COP21. (afp/nxp)

Créé: 16.09.2019, 23h27

Articles en relation

Huit «décrocheurs» du portrait de Macron jugés

Paris Huit écologistes sont jugés pour vols après avoir décroché des portraits d'Emmanuel Macron dans des mairies. Ils dénoncent «l'inaction climatique» du président français. Plus...

Décrocher des portraits de Macron coûte cher

France Des militants écologistes ont écopé d'amendes allant de 250 à 500 euros pour avoir voulu décrocher des affiches de Macron. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...