Passer au contenu principal

Immigration«Débordés», les USA veulent verrouiller l'asile

Le gouvernement américain annonce établir une nouvelle règle pour tous les migrants arrivant par sa frontière sud.

Frontière mexicaine. Photo d'illustration.
Frontière mexicaine. Photo d'illustration.
AFP

Le gouvernement de Donald Trump a annoncé lundi qu'il refuserait toutes les demandes d'asile déposées à la frontière sud par des migrants n'ayant pas sollicité le statut de réfugié dans un pays sur la route des Etats-Unis. Certaines exceptions sont prévues. La puissante organisation de défense des droits civiques ACLU a immédiatement annoncé qu'elle allait saisir la justice contre cette mesure, qui doit entrer en vigueur mardi. Des tribunaux ont déjà invalidé plusieurs tentatives du gouvernement américain de restreindre le droit d'asile.

Le gouvernement «use de son pouvoir légal, tel que conféré par le Congrès», a toutefois estimé le ministre de la Justice Bill Barr dans un communiqué. «Les Etats-Unis sont généreux mais complètement débordés par le fardeau créé par les centaines de milliers d'étrangers arrêtés à la frontière sud», a-t-il ajouté.

Mesure «intérimaire»

La nouvelle règle doit «décourager les migrants économiques qui veulent exploiter notre système d'asile», a dit M. Barr. Il s'agit d'une mesure «intérimaire» en attendant que le Congrès révise les lois migratoires du pays, a précisé le ministre par intérim de la Sécurité intérieure Kevin McAleenan.

Certaines exceptions sont prévues, notamment pour les victimes de traite des êtres humains. Elles ne couvrent pas les mineurs non accompagnés.

Les Etats-Unis font face à un afflux de migrants à leur frontière avec le Mexique. Plus de 100'000 personnes sont arrêtées chaque mois depuis mars, dont de nombreuses familles avec enfants.

Originaires en grande majorité de pays pauvres et violents d'Amérique centrale, Guatemala, Salvador et Honduras en tête, ces migrants déposent généralement une demande d'asile qui leur permet de se maintenir sur le territoire américain le temps de l'examen de leur dossier par un juge de l'immigration. Le gouvernement les accuse de disparaître ensuite et de gonfler le nombre des quelque 10,5 millions de sans-papiers présents aux Etats-Unis.

Centres de rétention totalement engorgés

En menaçant son voisin de sanctions douanières, Donald Trump a obtenu que le Mexique renforce ses contrôles à la frontière et lutte davantage contre les réseaux de passeurs, ce qui a permis de réduire les arrivées de 28% en juin. Malgré cette baisse, les postes des garde-frontière et les centres de rétention sont totalement engorgés et les conditions de vie en leur sein font l'objet de nombreuses critiques.

Tout comme l'Union européenne permet de renvoyer les demandeurs d'asile dans le pays membre par lequel ils sont entrés dans l'UE, les lois américaines prévoient la possibilité de refuser les demandes d'asile des migrants ayant transité par un pays tiers considéré comme «sûr». Mais elles renvoient la définition des pays «sûrs» à la conclusion d'accords bilatéraux.

Le gouvernement américain presse le Mexique et d'autres pays de signer des accords en ce sens, mais se heurte à de fortes réticences. La Cour constitutionnelle du Guatemala a ainsi bloqué dimanche la conclusion éventuelle d'un tel accord dans l'immédiat.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.