David Sassoli président du Parlement européen

ElectionL'Italien, un ancien journaliste et qui était le candidat favori, a été élu au 2e tour président du Parlement européen.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'eurodéputé social-démocrate italien David Sassoli a été élu mercredi président du Parlement européen, a annoncé le président sortant, Antonio Tajani. Par 345 voix, il a obtenu au 2e tour la majorité absolue des suffrages des députés européens réunis à Strasbourg.

L'élection de l'ancien journaliste de 63 ans intervient au lendemain de l'accord au forceps conclu par les dirigeants des 28 pour répartir les postes clés au sein de l'UE. Elle était la première mission du nouveau Parlement européen pour pouvoir commencer son travail législatif, après les élections de fin mai. Eurodéputé depuis 2009, David Sassoli avait pour concurrente la députée écologiste allemande Ska Keller (119 voix au second tour), l'Espagnole Sira Rego du groupe d'extrême gauche GUE/NGL (43 voix) et le conservateur tchèque Jan Zahradil (160 voix).

«Faire évoluer notre union»

«Nous devons avoir le courage de relancer notre projet d'intégration, nous devons faire évoluer notre union» pour la rendre plus réactive aux exigences des citoyens, a déclaré M. Sassoli dans l'hémicycle juste après l'annonce de son élection.

La présidence du Parlement européen faisait partie des hautes fonctions de l'UE à se répartir entre grandes familles politiques, même si le poste est beaucoup moins convoité et stratégique que celui de président de la Commission.

Ancien journaliste

David Sassoli, nouveau président du Parlement européen, est un ancien journaliste ayant entamé en 2009 une nouvelle carrière d'eurodéputé sous les couleurs du centre-gauche. Agé de 63 ans, il était le candidat des sociaux-démocrates, deuxième famille du Parlement, pour succéder à un autre Italien, Antonio Tajani, un proche de Silvio Berlusconi issu pour sa part du PPE (droite).

Son élection permet à l'Italie de se maintenir à l'un de ses trois postes européens importants, après de départ de Mario Draghi (Banque centrale européenne) et de Federica Mogherini (cheffe de la diplomatie), mais il ne sera clairement pas un allié pour le gouvernement populiste au pouvoir à Rome.

Un Toscan

David Sassoli est né le 30 mai 1956, à Florence, en Toscane, et après des études de sciences politiques, il a commencé à collaborer avec de petits journaux et des agences de presse. En 1992, il est embauché par la chaîne publique de radio-télévision RAI et monte rapidement les échelons jusqu'à devenir le visage familier de millions d'Italiens quand il présente le journal télévisé du soir sur la première chaîne publique, dont il devient également vice-directeur.

Le coup de foudre pour la politique arrive en 2009 quand l'ex-maire de Rome de gauche Walter Veltroni organise la fusion de deux grands partis de gauche et centre-gauche, un projet auquel David Sassoli se rallie immédiatement et qui donne naissance au Parti démocrate (PD).

Candidat aux élections européennes, il est élu sur une liste du PD avec plus de 400'000 voix, un succès qui l'éloigne définitivement des écrans de la télévision et qui consacre sa carrière politique au sein du Parlement européen.

Réforme ferroviaire

Chef de la délégation du PD à Bruxelles et à Strasbourg, il tente une incursion sur la scène politique nationale en se présentant aux primaires du PD pour le poste de maire de Rome en 2013, mais est devancé par Ignazio Marino qui sera élu plus tard à la mairie. Depuis cette tentative avortée, il se consacre à l'assemblée européenne. Réélu en 2014, il devient vice-président du Parlement en charge du Budget et de la Politique euro-méditerranéenne.

«En tant que responsable de cette politique, j'ai représenté le Parlement européen en de nombreuses occasions officielles, développant un dialogue avec les institutions des pays de la Méditerranée et du Moyen-Orient», écrit-il sur sa page internet. Il revendique également la paternité de «la plus importante réforme ferroviaire de l'Union européenne - la loi européenne Sassoli-Dijksma - qui a été adoptée en 2017 après trois années de négociations compliquées».

«Je n'ai pas complètement abandonné ma carrière de journaliste, je collabore de manière active encore avec divers quotidiens et revues», reconnaît-il. Il est ainsi l'auteur, avec Francesco Saverio Romano, d'un livre sur les Conseils des ministres pendant l'enlèvement d'Aldo Moro au printemps 1978.

«Si vous me donnez votre confiance, on se battra ensemble pour un Parlement moderne, plus transparent, écodurable, accessible aux citoyens», a-t-il promis devant ses collègues avant le début du vote. «Rien n'est possible sans les hommes, rien n'est durable sans les institutions», a-t-il ajouté, citant la phrase de Jean Monnet, l'un des pères fondateurs de l'UE. David Sassoli est marié et père d'un garçon et d'une fille. (afp/nxp)

Créé: 03.07.2019, 13h18

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.