Le dauphin de Morales proclamé candidat

Présidentielle en BolivieLa présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'économiste Luis Arce, dauphin de l'ex-président bolivien Evo Morales, a été officiellement proclamé samedi candidat de son parti, le Mouvement vers le socialisme (MAS) pour l'élection présidentielle du 3 mai en Bolivie.

Sous une pluie battante et devant des centaines de militants à El Alto, bastion du MAS dans les Andes, Luis Arce a critiqué le gouvernement de la présidente par intérim Jeanine Áñez qu'il a qualifiée de «golpista» (responsable d'un coup d'Etat), reprenant les critiques déjà formulées par Evo Morales.

La candidature de Luis Arce - en tête des intentions de vote - avait été annoncée par l'ancien président bolivien depuis Buenos Aires où il s'est réfugié en janvier après un mois passé au Mexique et sa démission le 10 novembre à La Paz. Cet économiste proche d'Evo Morales a été son ministre de l'Économie pendant sa présidence de 2006 à 2019.

26% des intentions de vote

Selon la dernière enquête d'opinion réalisée par le journal «Pagina Siete», Luis Arce est crédité de 26% des intentions de vote, suivi par l'ex-président centriste Carlos Mesa et par le dirigeant régional de droite Luis Fernando Camacho (17%), fer de lance du mouvement de protestation qui a provoqué la chute d'Evo Morales.

La présidente par intérim, dont la candidature a été vivement critiquée lors de la réunion de samedi, recueille 12%. Empêché d'être lui-même candidat à la présidentielle, Evo Morales, 60 ans, a officialisé lundi sa candidature au Sénat en mai.

Evo Morales s'était proclamé vainqueur du scrutin du 20 octobre, mais l'opposition avait crié à la fraude. Après plusieurs semaines de manifestations et son lâchage par la police et par l'armée, le président a annoncé sa démission le 10 novembre et les élections ont été annulées. Poursuivi dans son pays pour «sédition et terrorisme», il a fui vers le Mexique, avant de trouver refuge en Argentine. (afp/nxp)

Créé: 09.02.2020, 04h04

Articles en relation

Evo Morales se présentera bien au Sénat

Bolivie Exilé en Argentine, l'ancien président de la Bolivie, sera malgré tout candidat aux élections législatives du 3 mai. Plus...

Aucun front commun face à Evo Morales

Bolivie Les opposants au parti d'Evo Morales n'ont pas trouvé un accord pour former une alliance lors des élections du 3 mai. Plus...

L'avocate de Morales arrêtée pour «terrorisme»

Bolivie Patricia Pamela Hermosa Gutiérrez est accusée de «sédition, terrorisme et financement du terrorisme» par la justice. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...