La dangerosité des canons à son confirmée

Etats-Unis La justice américaine a débouté deux policiers ayant utilisé un canon de harcèlement acoustique, rappelant les risques de tels engins.

Selon la justice US, l'utilisation des canons à sons peuvent causer des blessures graves.

Selon la justice US, l'utilisation des canons à sons peuvent causer des blessures graves. Image: Archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une cour d'appel à New York a débouté mercredi deux policiers de la ville, en jugeant que leur utilisation d'un canon de harcèlement acoustique représentait un abus de force anticonstitutionnel.

Migraines, vertiges et douleurs

Les deux agents demandaient un non-lieu. Ils sont poursuivis pour avoir utilisé le 5 décembre 2014 un canon à son pour disperser des personnes qui protestaient à Manhattan contre l'absence d'inculpation d'un policier impliqué dans l'homicide d'Eric Garner, un Noir qui avait étouffé lors d'une interpellation musclée.

Six manifestants avaient ensuite déposé plainte, se plaignant de migraines, de vertiges, de douleurs dans les sinus et de perturbations auditives.

«Le problème posé par des protestataires sur la voie publique ne justifiait pas l'utilisation de la force, a fortiori une force capable de causer une blessure grave, telle qu'une perte auditive», a affirmé la cour dans son arrêt.

Sons extrêmement stridents

Elle a confirmé un jugement de première instance qui avait conclu que de tels engins étaient susceptibles d'être à l'origine de violences policières s'ils étaient mal utilisés.

Nommé en anglais Long Range Acoustic Device (LRAD), ces dispositifs, développés dans les années 2000 pour des besoins d'abord militaires, émettent des sons stridents dans une direction précise, d'un niveau tellement élevé qu'ils se révèlent extrêmement désagréables et peuvent servir à disperser une foule de manifestants.

Ces appareils peuvent également servir de puissants mégaphones pour donner des instructions à une foule.

«Potentiellement mortels»

«La police de New York doit revoir ses pratiques et procédures concernant l'utilisation du LRAD, en tenant compte du fait qu'ils peuvent être potentiellement mortels», a commenté l'avocat Gideon Oliver, dans un communiqué adressé à l'AFP.

Selon le site internet de son fabricant, le LRAD est utilisé dans plus de 250 villes, comtés et Etats américains. «Le LRAD n'est pas une arme», assure la société. (afp/nxp)

Créé: 13.06.2018, 23h25

Articles en relation

4 dollars pour la famille d'un Noir tué par la police

Etats-Unis À la suite d'une plainte pour tapage, Gregory Hill avait été abattu par un policier blanc à travers la porte de son garage. Ses proches dénoncent un «verdict révoltant». Plus...

Noir tué par la police: funérailles sous tension

Californie Après la mort d'un jeune Noir tué par la police, des centaines de personnes ont assisté à des obsèques sous tension jeudi. Plus...

Un flic acquitté du meurtre d'un homme non armé

Etats-Unis Un policier américain a été acquitté du meurtre d'un homme non armé dans l'Arizona. Ce dernier l'implorait de l'épargner, selon une vidéo diffusée vendredi après le jugement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...