Crise des opiacés: l'espérance de vie stagne

CanadaL'espérance de vie a cessé de progresser pour la première fois en 40 ans au Canada à cause de la crise des opioïdes.

Vancouver, au Canada, connait une grave crise des opioïdes.

Vancouver, au Canada, connait une grave crise des opioïdes. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour la première fois depuis au moins quarante ans, l'espérance de vie a cessé de progresser au Canada. Cette situation est «en grande partie attribuable à la crise des opioïdes», a indiqué jeudi l'institut canadien de la statistique.

Le recul marqué de l'espérance de vie entre 2016 et 2017 en Colombie-Britannique, province la plus touchée par la crise des opiacés qui frappe l'Amérique du Nord, a en grande partie compensé la progression observée dans d'autres provinces et ainsi fait stagner la moyenne nationale, a expliqué Statistique Canada dans un communiqué.

«La crise des surdoses de drogue qui sévit au Canada est un facteur qui a grandement contribué à la variation observée dans l'espérance de vie de 2016 à 2017, surtout chez les hommes», selon l'agence fédérale. «Les taux de décès attribuables à une surdose étaient 1,6 fois plus élevés chez les femmes et 2,1 fois plus élevés chez les hommes en 2017 qu'ils ne l'étaient en 2015», a précisé Statistique Canada, soulignant que 4108 décès en 2017 ont été liés à des overdoses.

84 ans pour les femmes

L'espérance de vie au Canada, qui s'établit à 84 ans pour les femmes et 79,9 ans pour les hommes, a progressé en moyenne de 0,2 an par année entre 1990 et 2012 puis de 0,1 an jusqu'en 2016.

Plus de 10'000 personnes sont mortes de surdoses au Canada depuis l'éclatement de la crise des opiacés au début 2016, selon les statistiques les plus récentes du gouvernement canadien. Face à la crise, Ottawa a débloqué près de 400 millions de dollars canadiens (300 millions de francs) pour venir en aide aux gouvernements provinciaux, qui ont épongé l'essentiel des dépenses en soins de santé.

Par le passé, les victimes de surdoses étaient surtout des consommateurs de drogue de longue date qui succombaient au puissant fentanyl, une drogue synthétique. Mais il s'agit de plus en plus souvent désormais de personnes souffrant de maux chroniques qui ont développé une dépendance pour les antidouleurs prescrits par leur médecin, avant de se tourner vers les drogues illicites. (ats/nxp)

Créé: 31.05.2019, 02h37

Articles en relation

Opioïdes: la prescription en chirurgie mise en cause

Etats-Unis La crise des opioïdes en Amérique du Nord s'expliquerait en partie par de mauvaises prescriptions post-opératoire. Plus...

Les Suisses consomment 23 fois plus d'opioïdes

Santé En trente ans, la prise de médicaments contenant des opioïdes a pris l'ascenseur, en Suisse. Plus...

Traitement aux opioïdes à la charge des caisses

Justice Une assurance-maladie avait suspendu le remboursement de médicaments à une assurée. Le Tribunal fédéral lui a donné tort. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...