Passer au contenu principal

Du côté turc de la frontière, la guerre est aussi meurtrière

En réponse à l’offensive militaire, des localités turques proches de la frontière ont été bombardées. Reportage.

La majorité des habitants de Nusaybin, pourtant un bastion kurde, a fui les obus tirés depuis le côté syrien par les milices des YPG.
La majorité des habitants de Nusaybin, pourtant un bastion kurde, a fui les obus tirés depuis le côté syrien par les milices des YPG.
DR

Le 9 octobre dans l’après-midi, Abdulrahman, un travailleur journalier quadragénaire, est occupé à défaire des cartons lorsqu’un bruit sourd secoue tout le quartier de Firat à Nusaybin, dans le sud-est de la Turquie. Quelques instants plus tard, un deuxième obus s’abat juste en face de chez lui. Les éclats perforent les murs et les barreaux métalliques des fenêtres, tuant trois membres d’une même famille. La rue est couverte de sang et de lambeaux de chair. «J’ai allumé la télévision et j’ai découvert à ce moment-là que l’armée turque venait d’entrer en guerre en Syrie», dit-il.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.