Passer au contenu principal

«Nous n'avions pas assez de masques pour équiper toute la population»

Si le nombre d'hospitalisations se stabilise, il faut maintenir les efforts, insistent les autorités sanitaires.

Le médecin cantonal Jacques-André Romand s'explique sur la difficulté d'acquérir des masques de protection.
Le médecin cantonal Jacques-André Romand s'explique sur la difficulté d'acquérir des masques de protection.
Laurent Guiraud

Le système de santé tient bon. Le nombre de patients devant être hospitalisés en raison du coronavirus est stable voire diminue très légèrement, tout comme le nombre de diagnostics positifs. «Les efforts de tous portent leurs fruits; ce n'est absolument pas le moment de les relâcher, déclare ce lundi Adrien Bron, directeur général de la Santé lors du point presse sanitaire. Car les flux restent très importants.»

En effet, à ce jour, 3439 personnes ont été diagnostiquées avec la maladie. Ce lundi, 418 se trouvent hospitalisées, dont 56 aux soins intensifs. Parmi ces dernières, 50 ont besoin d'une assistance respiratoire. Le nombre de décès s'élève à 92.

Les autorités sanitaires ont été interrogées sur la politique à l'égard du masque. Dans un premier temps, il a été dit aux Genevois qu'il n'était pas utile de se couvrir le visage, que la distance sociale et l'hygiène des mains suffisaient. Cette protection n'était nécessaire que pour les soignants. Or, certains pays asiatiques, dont toute la population est masquée, affichent une meilleure maîtrise de la maladie et une mortalité remarquablement plus basse.

La réponse est franche: les autorités sanitaires admettent qu'il a fallu faire des choix, tout simplement par manque de matériel. «Si nous avions eu tous les masques que l'on souhaitait avoir, on aurait eu une politique un peu différente», déclare Adrien Bron. Précision: «Si l'approvisionnement avait été sans limite, la politique aurait été plus généreuse.» Le médecin cantonal Jacques-André Romand dit la même chose autrement: «Nous n'avions pas suffisamment de masques pour équiper l'ensemble de la population.»

Aujourd'hui, grâce à certaines initiatives, des masques commencent à arriver, mais rien n'est gagné, car «la situation se tend au niveau international». Les États-Unis ayant fait des appels d'offres massifs, la Suisse risque de ne pas faire le poids, poursuit le médecin cantonal. Il a donc fallu faire des choix. La priorité a logiquement été donnée au personnel soignant en contact avec les malades, que ce soit aux HUG, en clinique, en EMS ou dans les soins à domicile.

À ce jour, 20 EMS sur les 54 que compte le canton sont touchés par le Covid-19: 173 personnes ont reçu la confirmation d'un diagnostic positif; 64 autres attendent le résultat du test; 254 se trouvent en isolement. Enfin, 13 personnes ont été hospitalisées et on estime que 36 résidents ont perdu la vie à cause du coronavirus.

Dans les immeubles avec encadrement pour personnes âgées, dans lesquels vivent quelque 1900 personnes, 5 décès sont à déplorer. Adrien Bron précise qu'une structure particulière a été créée pour soulager les proches aidants grâce à une collaboration avec l'association Alzheimer. Si ces derniers doivent être hospitalisés en raison du coronavirus, leur proche aidé peut rejoindre une unité d'accueil temporaire, dans la Maison de retraite du Petit-Saconnex. Douze lits ont été réservés pour ces situations.

Interrogé sur les tests, le médecin cantonal Jacques-André Romand a rappelé la distinction à faire entre les tests permettant de poser un diagnostic – désormais largement accessibles – et ceux, pas encore disponibles pour la population, qui serviront à repérer les anticorps laissés par la maladie (appelés tests sérologiques). Ces derniers seront très utiles pour mesurer la part de la population infectée et savoir comment se préparer à une éventuelle deuxième vague épidémique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.