Passer au contenu principal

États-UnisLe Congrès américain au soutien de Hong Kong

Après le Sénat mardi, c'est le Congrès américain mercredi qui a adopté un texte de soutien à Hong Kong face à la Chine.

Donald Trump a annoncé vendredi qu'il souhaitait mettre fin aux exemptions accordées à Hong Kong dans le cadre de sa relation spéciale avec les États-Unis désormais remise en cause. (29 mai 2020)
Donald Trump a annoncé vendredi qu'il souhaitait mettre fin aux exemptions accordées à Hong Kong dans le cadre de sa relation spéciale avec les États-Unis désormais remise en cause. (29 mai 2020)
Keystone
«Mécontent» face à l'intention de Pékin de priver Hong Kong de son autonomie, le président américain a promis mardi une riposte imminente. (26 mai 2020)
«Mécontent» face à l'intention de Pékin de priver Hong Kong de son autonomie, le président américain a promis mardi une riposte imminente. (26 mai 2020)
Keystone
Dans la nuit, la police a dispersé la foule avec des gaz lacrymogènes. (Lundi 01.07.2019)
Dans la nuit, la police a dispersé la foule avec des gaz lacrymogènes. (Lundi 01.07.2019)
AFP
1 / 119

Le Congrès américain a adopté mercredi à une écrasante majorité une résolution soutenant les «droits humains et la démocratie» à Hong Kong face à Pékin et menaçant de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l'ancienne colonie britannique.

Le texte doit encore être signé par Donald Trump pour être promulgué. Le président américain pourrait y mettre son veto mais le large soutien des sénateurs implique toutefois qu'il pourrait être ensuite outrepassé à la chambre haute. Ce vote intervient en pleines négociations ardues entre les deux premières puissances économiques mondiales pour sortir de leur guerre commerciale.

La Chambre des représentants a approuvé mercredi la résolution par 417 voix contre une après son adoption à l'unanimité au Sénat mardi. Ce vote avait provoqué la colère de Pékin, la Chine menaçant de représailles en cas d'adoption définitive. «L'Amérique est avec vous et l'Amérique vous soutiendra toujours», a lancé dans l'hémicycle aux Hongkongais un élu de la minorité républicaine à la Chambre, Michael McCaul, dénonçant la «brutalité» de la Chine.

Le Congrès a également approuvé une mesure qui interdirait la vente à la police hongkongaise de gaz lacrymogène, balles en caoutchouc et autres équipements destinés à réprimer les manifestations: à l'unanimité au Sénat et par 417 voix sur 435 parlementaires, et aucun vote contre. «J'exhorte le président à signer cette loi décisive aussi vite que possible», a écrit le sénateur républicain Marco Rubio, l'un des plus grands défenseurs du texte.

Mardi, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang, avait affirmé que l'objectif des Etats-Unis n'était autre que «de soutenir les extrémistes et les éléments anti-chinois violents qui tentent de semer le chaos à Hong Kong».

«Toute tentative visant à saper la prospérité et la stabilité de Hong Kong et à entraver le développement de la Chine est vouée à l'échec», avait assuré le vice-ministre des Affaires étrangères, Ma Zhaoxu, cité par la diplomatie chinoise.

Avant le vote définitif au Congrès, Pékin avait déjà convoqué mercredi le chargé d'affaires par intérim de l'ambassade des États-Unis, William Klein, pour «une protestation solennelle» et «s'élever» contre ce texte. William Klein avait alors fait part de la «vive inquiétude» de Washington concernant la situation à Hong Kong, a indiqué un porte-parole de l'ambassade des États-Unis.

Contre les «extraditions extrajudiciaires»

Hong Kong est lié à Washington par un statut économique spécial qui permet au territoire d'être exonéré des restrictions s'appliquant à la Chine continentale. Le texte conditionne le maintien de ce statut spécial à la validation annuelle par le département d'Etat d'une situation jugée convenable en matière de respect des droits de la part des autorités hongkongaises.

Il s'agirait de se pencher notamment sur «l'autonomie dans la prise de décision de son gouvernement en ce qui concerne les droits humains, le respect des lois et les demandes d'extradition, le suffrage universel, l'indépendance de la justice, les fonctions de la police et des forces de sécurité, le contrôle des exportations et le respect des sanctions».

Le texte prévoit également des sanctions pour toute «personne étrangère» qui se rendrait, notamment, responsable «d'extradition extrajudiciaire» ou violerait les droits humains à Hong Kong. Ce texte prévoit en outre de demander à l'exécutif américain qu'il «développe une stratégie afin de protéger les Américains et d'autres à Hong Kong face aux transfèrements ou enlèvements vers la Chine».

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.