Le conflit syrien fait souffrir 5,5 millions d'enfants

Guerre civileLe nombre des victimes de la guerre en Syrie a doublé en un an. Un million d'entre elles vivent dans des ruines ou des zones assiégées, sans accès à l'aide humanitaire.

Les principales victimes de la guerre en Syrie sont les enfants.

Les principales victimes de la guerre en Syrie sont les enfants. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La guerre en Syrie a un impact dévastateur sur des millions d'enfants, a affirmé mardi l'UNICEF.

Dans un rapport publié mardi à Genève «En état de siège», le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) affirme que le nombre d'enfants victimes à un degré ou à un autre du conflit a passé de 2,3 millions il y a un an à 5,5 millions. Le nombre d'enfants déplacés en Syrie a triplé pendant la même période, de 920'000 à presque trois millions.

Si les hostilités ne cessent pas, des millions de jeunes deviendront une génération perdue, exposée à une violence brutale, sans accès correct à l'éducation et à la santé, prévient l'agence de l'ONU.

«Les trois années écoulées ont été les plus longues de leur vie pour les enfants syriens. Ils ne doivent pas endurer une autre année de souffrances», a affirmé le directeur exécutif de l'UNICEF Anthony Lake.

Au moins dix mille enfants tués

Près de 1,2 million d'enfants ont été contraints de fuir à l'étranger et vivent dans les camps de réfugiés dans les pays voisins, dont 425'000 ont moins de cinq ans. Quelque 40'000 enfants sont nés dans les camps depuis 2011.

L'UNICEF estime qu'au moins dix mille enfants ont été tués depuis mars 2011 et que des dizaines de milliers d'autres survivent avec des blessures handicapantes, comme des amputations et des brûlures.

Des garçons aussi jeunes que 12 ans ont été recrutés par les combattants, comme gardes, informateurs, trafiquants. Certains ont été utilisés également comme boucliers humains sur les lignes de front, selon le rapport, qui cite de nombreux témoignages.

En Jordanie, en Irak, au Liban, beaucoup d'enfants réfugiés travaillent, par exemple dans des cafés et restaurants, ou des ateliers de réparation et des fermes. Selon l'UNICEF, c'est le cas d'un enfant sur dix.

Une jeune fille syrienne sur cinq en Jordanie a été contrainte à un mariage précoce, contre une sur huit il y a un an. Environ 8000 enfants sont arrivés sans leurs parents dans les pays voisins de la Syrie.

Cas de malnutrition en hausse

En Syrie, l'ONU estime qu'un million d'enfants n'ont pas accès à l'aide humanitaire dont ils auraient besoin, dans des zones assiégées ou contestées. L'alimentation y est insuffisante, les médicaments rares.

L'on y meurt de blessures qui s'infectent, de malnutrition, de l'eau contaminée. Des femmes enceintes ont été visées au bas-ventre et le foetus tué, selon le récit d'un médecin travaillant à Alep.

Près de 60% des hôpitaux et centres de santé ont été détruits ou endommagés en Syrie. Les taux de vaccination ont baissé de 99% avant la guerre à moins de 50%.

A Damas, un médecin cité par l'UNICEF a affirmé que dix cas d'enfants souffrant de malnutrition arrivent chaque semaine dans un centre pédiatrique, contre un par mois il y a un an. Les déficiences en vitamines et en minéraux affectent le développement de l'enfant, avec des dommages irréparables.

Les effets de la malnutrition sont évidents chez les enfants qui se réfugient en Jordanie, en Irak ou au Liban. Ils ont des problèmes de concentration. Quelque 2,6 millions d'enfants syriens ne vont pas à l'école, 40% de ceux en âge scolaire.

Blessures psychologiques

«Les blessures les plus profondes sont invisibles», avertit l'UNICEF. Quelque deux millions d'enfants ont besoin d'un soutien psychologique. L'UNICEF cite des enfants qui ont des cauchemars, pleurent la nuit, sont constamment effrayés, ont peur de rester seuls, se replient sur eux-mêmes.

D'autres sont agressifs. Au moins un tiers des enfants réfugiés dans le camp de Zaatari en Jordanie vivent toujours dans la crainte d'être bombardés, kidnappés ou tués. Des adolescents sont enrôlés dans des gangs criminels. Certains veulent retourner en Syrie pour se battre.

L'UNICEF a besoin de 276 millions de dollars pour étendre ses programmes scolaires, le double qu'il y a un an, de 110 millions pour ses programmes de soutien psychologique. Pour l'heure, les opérations de l'UNICEF sont financées cette année seulement à hauteur de 8%. (ats/nxp)

Créé: 11.03.2014, 14h16

Galerie photo

La Syrie en guerre: les photos avant et après

La Syrie en guerre: les photos avant et après Plusieurs sites syriens classés au patrimoine mondial de l'humanité ont été endommagés par la guerre civile qui ravage le pays depuis bientôt trois ans.

Articles en relation

La guerre en Syrie pourrait durer encore 10 ans

GUERRE CIVILE Selon des analystes géopolitiques, le conflit est parti pour durer, avec l'Iran et la Russie soutenant Assad et les groupes extrémistes envahissant le champ de bataille. Plus...

Damas a évacué un tiers de son arsenal chimique

Syrie La Syrie a évacué ou détruit un tiers de son arsenal chimique, a déclaré mardi la coordinatrice de la mission chargée de superviser le processus. Plus...

Syrie: «Genève-2 n'est pas encore un échec»

GUERRE CIVILE Ahmad Tomeh, figure de l'opposition au gouvernement, a affirmé toujours «croire à une solution négociée». Lakhdar Brahimi a lui aussi estimé que «Genève-2 n'est pas encore un échec». Plus...

Genève-2: Damas a arrêté des proches d'opposants

SYRIE Le régime d'Assad est montré du doigt par Washington pour avoir arrêté des proches d'opposants qui avaient participé à la conférence de paix Genève-2. Plus...

Damas pose ses conditions pour un accès humanitaire

Syrie La Syrie s'est dite prête dimanche à favoriser un accès humanitaire comme le souhaite la résolution de l'ONU adoptée samedi, mais seulement si sa souveraineté est respectée. Militants et ONG sont sceptiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...