La collection de Neil Armstrong aux enchères

Etats-UnisLe premier homme à avoir marché sur la Lune le 20 juillet 1969 avait entassé des dizaines de souvenirs ramenés de ses missions spatiales.

Neil Armstrong travaille près du LEM d'Apollo 11 le 20 juillet 1969.

Neil Armstrong travaille près du LEM d'Apollo 11 le 20 juillet 1969.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n'a pas tout gardé, mais presque: des milliers d'objets accumulés au fil de sa vie par le premier homme sur la Lune Neil Armstrong, notamment des dizaines de souvenirs ramenés de ses missions spatiales, seront vendus aux enchères jeudi et vendredi au Texas.

Nul ne savait vraiment ce qu'avait rassemblé, en 82 ans d'existence, Neil Alden Armstrong, entré dans l'histoire en marchant sur la Lune le 20 juillet 1969, pas même ses enfants. Après son décès, en 2012, ils ont découvert un trésor, entassé chez lui ou dans la maison de leur mère, ex-femme d'Armstrong.

Des plus historiques, drapeaux ou médailles emmenés lors de la fameuse mission lunaire Apollo 11, jusqu'aux plus anecdotiques, comme ce pin's de l'équipe de football américain de son lycée.

Un drapeau de 75'000 dollars

«Il gardait tout», dit, dans un sourire, Rick, son fils aîné. De quoi alimenter le musée Armstrong, situé à Wapakoneta (Ohio), sa ville natale, ou le Musée national de l'air et de l'espace de Washington. Mais considérant que de nombreux objets avaient déjà été donnés à ces institutions, Rick (Eric de son vrai prénom) et Mark ont préféré disperser cette collection.

Plus de 2000 lots seront donc proposés lors de trois ventes successives, jeudi et vendredi, puis en mai et novembre 2019.Le clou de la vente sera un drapeau américain emmené lors du voyage sur la Lune, mais pas déployé sur place, plus grand que la plupart des étendards emmenés dans l'espace (45 cm sur 29).

Il est estimé à 75'000 dollars par Heritage Auctions, la maison organisatrice de la vente. «Il a gardé tout ce qui a volé dans Apollo 11», explique à l'AFP Mark, le second fils de Neil Armstrong. «Il les avait tous rangés ensemble. (...) Ca nous a simplifié la tâche.»

Rick et Mark ignoraient l'existence de beaucoup de ces souvenirs, car leur père n'en avait exposé qu'une infime partie dans leur maison, peut-être pour ne pas écraser ses enfants sous le poids de ses exploits.

«Il cherchait toujours à relativiser les choses, en particulier avec nous», se souvient Rick. Ses parents «ont mis beaucoup de soin à ce que nous demeurions une famille normale, qui ne soit pas touchée par tout ça.»

Les deux frères prévoient de consacrer une partie du produit de la vente à la création d'une fondation, et de faire des dons à des organisations. Plus qu'à la collection, ils se disent attachés aux souvenirs de leur père. «Ca et les valeurs, les leçons que nous ont apprises nos parents: c'est ce qui a le plus de valeur pour nous», dit Mark. (afp/nxp)

Créé: 30.10.2018, 13h15

Articles en relation

Le film sur Neil Armstrong est-il assez patriote?

Etats-Unis Dans «First Man», on ne voit pas Neil Armstrong planter le drapeau américain sur le Lune, ce qui choque certains. Plus...

Mostra: «First Man» placé en orbite pour les Oscars

Cinéma La 75e édition du festival débute mercredi à Venise avec la projection du biopic de Damien Chazelle consacré à Neil Armstrong. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.