En colère, le personnel soignant défile en France

Mouvement social Les blouses blanches ont manifesté dans plusieurs villes françaises jeudi pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail.

Hôpital: plusieurs milliers de manifestants à Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les personnels des hôpitaux ont manifesté jeudi par milliers un peu partout en France pour réclamer davantage de moyens et d'effectifs. Emmanuel Macron a promis de répondre à cette «alarme» par des «décisions fortes» la semaine prochaine.

«Nous devons (...) assumer d'investir plus fortement que nous avions envisagé de le faire», a affirmé le chef de l'Etat, assurant avoir «entendu la colère et l'indignation» du personnel soignant, lors d'un déplacement à Epernay, près de Reims.

Un plan «conséquent» et des «décisions fortes» doivent être annoncés mercredi par le Premier ministre Edouard Philippe, qui en détaillera «le montant, l'ampleur, les modalités techniques et le calendrier», a précisé M. Macron au moment où des milliers de médecins, aides-soignants, infirmiers, doyens et étudiants défilaient en France.

«Patients en danger»

Cet appel à une «grande manifestation», lancé par le nouveau collectif Inter-Hôpitaux, a fait le plein de soutiens. A commencer par le collectif Inter-Urgences, à l'origine d'un mouvement social inédit, débuté en mars à Paris et qui s'est étendu à tout le pays, avec encore 268 établissements touchés en début de semaine.

Augmentation des salaires, hausse des effectifs, réouverture des lits supprimés... Les revendications n'ont pas changé, visibles jeudi sur des pancartes comme «Sauvons notre hôpital, donnez-nous les moyens», «Soignant épuisé, patient en danger», «Je fais pas d'argent je soigne les gens»...

Les manifestants étaient 10'000 à Paris, selon les organisateurs, mais aussi plusieurs centaines à Lyon, 300 à Toulouse ou Bordeaux, 220 à Lille, une centaine à Marseille, 150 à Besançon, d'après des journalistes de l'AFP.

Arbitrages difficiles

La ministre de la santé Agnès Buzyn avait promis fin octobre un «plan de soutien» devant mettre l'accent sur «un meilleur investissement courant» et «la revalorisation des salaires, notamment en début de carrière». Mais elle a déjà échoué par deux fois à sortir de ce conflit: ni la prime mensuelle de 100 euros versée depuis juillet, ni le plan de «refondation» annoncé en septembre n'ont suffi à apaiser les tensions.

En plein examen du budget 2020 de la Sécu au Sénat, les débats se polarisent sur la hausse des dépenses de santé, pour l'heure limitée à 2,1% à l'hôpital, quand les grévistes réclament le double. «Des discussions sont en cours» sur le sujet, mais «elles nécessitent des arbitrages difficiles», a reconnu Mme Buzyn.

Le ministère de l'Economie a lui déjà fait savoir qu'une reprise, même partielle, de la dette colossale des hôpitaux publics (30 milliards d'euros) n'était «pas une option envisagée». Et si Bruno Le Maire a reconnu qu'il fallait «répondre» à la «souffrance» des personnels, il a prévenu que «si l'on dépens(ait) de l'argent pour l'hôpital», il faudrait «trouv(er) des économies en face». (ats/nxp)

Créé: 14.11.2019, 22h57

Articles en relation

«Gilets jaunes»: «On n'est pas morts»

France Le week-end prochain, le mouvement des «gilets jaunes», qui se cherche un nouveau souffle, fêtera son premier anniversaire. Plus...

Etudiant immolé à Lyon: mobilisation en France

Précarité Plusieurs rassemblements ont eu lieu à Lyon, Lille ou encore Paris pour interpeller les pouvoirs publics après le geste désespéré d'un étudiant. Plus...

Paris: large évacuation de campements de migrants

France Plus de 1600 migrants ont été évacués dans le calme jeudi matin de deux importants campements du nord-est parisien. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...