Passer au contenu principal

Comment et quand les codes nucléaires sont-ils transmis à l'Elysée?

"Lors de la passation de pouvoir à l'Elysée, Hollande a passé les codes nucléaires à Macron" Vrai ou faux?

François Hollande et Emmanuel Macron: la passation des pouvoirs comprend un entretien, mais pas d’échange des codes nucléaires.
François Hollande et Emmanuel Macron: la passation des pouvoirs comprend un entretien, mais pas d’échange des codes nucléaires.
AP

Dans presque tous les articles consacrés à la passation des pouvoirs du 14 mai à l’Elysée, il est question de la transmission des codes nucléaires du président sortant à son successeur. Selon Pierre Servent, auteur du livre «Les présidents et la guerre», l’entretien en tête à tête des deux hommes n’est pas l’occasion de la transmission des codes nucléaires. Tout d’abord, ces fameux codes ne sont pas ceux qui permettent le déclenchement du feu nucléaire. Ils font partie d’une procédure d’identification du chef de l’Etat, qui est statutairement chef des Armées en France. Ce n’est évidemment pas un code à 4 chiffres comme celui de votre téléphone, mais une composition plus complexe. Aujourd’hui, l’identification est aussi biométrique, probablement doublée d’une reconnaissance vocale ou rétinienne.

Par ailleurs, cette procédure ne se déroule pas dans le bureau du chef de l’Etat, mais au PC Jupiter, le cœur du commandement militaire français, situé sous l’Elysée. Elle est transmise en détail au président de la République par son chef d’Etat-major particulier dans cette salle souterraine. Or, il est de tradition que le chef d’Etat-major particulier ne change pas entre deux présidences. Celui de François Hollande, l’amiral Bernard Rogel, restera donc aux côtés d’Emmanuel Macron. Et c’est lui qui expliquera au nouveau locataire de l’Elysée la marche à suivre, et non le président sortant, François Hollande.

Emmanuel Macron se verra aussi présenter la mallette noire qui l’accompagnera dans ses déplacements. Il s’agit du «poste de commandement mobile», qui contient un manuel détaillant les tirs possibles et les moyens de transmissions protégés vers les forces nucléaires. Dans un livre intitulé «Vous n’oubliez rien, Colonel?» Peer de Jong, ancien aide de camp du président, conclut que ce «code» est le dernier secret de la République.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.