Un club de golf de Trump accueillera le prochain G7

Diplomatie Après Biarritz cette année, le sommet du G7 en 2020 se déroulera dans un club de golf du président américain, en Floride.

Donald Trump possède de nombreux clubs de golf aux Etats-Unis.

Donald Trump possède de nombreux clubs de golf aux Etats-Unis. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump l'avait laissé entendre, la Maison Blanche l'a confirmé: le prochain sommet du G7, prévu aux Etats-Unis, aura lieu dans un des clubs de golf du président américain, en Floride.

Le Trump National Doral Club, à Miami, accueillera donc, du 10 au 12 juin 2020, ce grand rendez-vous annuel qui rassemble les dirigeants des sept pays les plus industrialisés de la planète.

«Nous sommes absolument convaincus que c'est le meilleur endroit pour l'organiser», a affirmé jeudi Mick Mulvaney, chef de cabinet de la Maison Blanche, au risque d'alimenter les accusations - déjà nourries - sur de possibles conflits d'intérêts de l'ancien magnat de l'immobilier.

L'annonce a suscité de très vives réactions à Washington, parmi les élus comme dans la société civile. Jerry Nadler, président démocrate de la commission judiciaire à la Chambre des représentants a fait part de son indignation, voyant dans cette décision «un exemples éhonté de la corruption du président».

«C'est à peine croyable»

«C'est à peine croyable», a réagi l'ONG Citizens for Responsibility and Ethics, qui se concentre sur les conflits d'intérêts dans la classe politique américaine. «Il n'y a plus aucun doute: le gouvernement américain est utilisé comme une filiale de relations publiques et de marketing de la Trump Organization.»

Face à l'avalanche de questions suscitées par ce choix surprenant, Mick Mulvaney a assuré qu'il était le résultat d'un processus rigoureux et que 12 sites différents avaient été considérés. «Il y aura toujours des gens qui n'accepteront pas l'idée que cela se passe dans une propriété Trump. Nous en sommes conscients, mais nous irons là-bas malgré tout», a-t-il martelé lors d'un point presse.

Comment cette décision a-t-elle été prise? «Nous avons utilisé les mêmes critères que ceux utilisés par les précédentes administrations (pour l'organisation de sommets)», a-t-il assuré, sans élaborer. Est-il prêt, dans un souci de transparence, à rendre publics les documents ayant permis d'aboutir à ce choix ? «Absolument pas.»

N'est-ce pas un moyen éhonté de faire de la publicité pour la marque Trump ? «J'ai déjà entendu ça... Je vous demande simplement de prendre en compte le fait que la marque Donald Trump est déjà suffisamment forte comme ça».

N'y avait-il pas, à travers les Etats-Unis, d'autres lieux susceptibles d'accueillir un tel sommet ? «Ce n'est pas le seul endroit possible, mais c'est le meilleur endroit.» Le dernier G7 organisé aux Etats-Unis, en 2012 sous la présidence de Barack Obama, avait eu lieu à Camp David, résidence gouvernementale située dans le Maryland.

«Juste à côté de l'aéroport»

A l'occasion du dernier sommet du G7, organisé cet été par la France à Biarritz, Donald Trump avait lui-même défendu sans complexe ce scénario inédit. «C'est un endroit formidable!», avait-il expliqué. «Il a une superficie considérable, plusieurs centaines d'hectares, donc nous pouvons gérer tout événement sur place (...) Il se trouve juste à côté de l'aéroport»

Le président américain avait, à cette occasion, balayé d'un revers de manches les questions juridiques ou éthiques. «Je ne vais pas en tirer d'argent du tout», avait-il assuré. «Je m'en fiche de faire de l'argent.» «Cela me coûtera probablement quelque chose comme entre trois et cinq milliards de dollars d'être président», avait-il renchéri, sans la moindre explication sur les éléments qui lui auraient permis d'arriver à ce chiffre.

Au-delà du choix de l'hôtel, le chef de cabinet de la Maison Blanche ne s'est pas attardé sur les priorités qui seraient mises en avant par les Etats-Unis lors de cette rencontre. «Le changement climatique ne sera pas au programme», a-t-il simplement lâché, sûr de son fait, en réponse à une question sur ce thème.

Donald Trump est le seul dirigeant de la planète à avoir retiré son pays de l'accord de Paris sur le climat visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et enrayer l'emballement du changement climatique. (afp/nxp)

Créé: 17.10.2019, 19h37

Articles en relation

Donald Trump change de ton sur l'Iran au G7

Moyen-Orient Le locataire de la Maison-Blanche a validé la visite surprise de Mohammad Javad Zarif dimanche à Biarritz lors du sommet du G7. Plus...

Revivez les principaux événements du G7 à Biarritz

Sommet du G7 Le G7 va s'achever d'ici peu. Une série de conférences de presse des différents dirigeants réunis depuis samedi est encore prévue dans l'après-midi. Plus...

Barricadée, Biarritz se prépare au G7

France Jeudi, le sud-ouest de la France s'était transformé en camp retranché pour accueillir ce week-end le sommet du G7. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...