Les clandestins peuvent être arrêtés au tribunal

Etats-UnisLa police de l'immigration américaine est incitée à arrêter les sans-papiers directement au tribunal.

Un policier de police de l'immigration. (Archive)

Un policier de police de l'immigration. (Archive) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les services américains de l'immigration ont formellement adopté une directive qui autorise leurs policiers à pénétrer directement dans les tribunaux aux Etats-Unis pour arrêter des personnes dont les papiers ne sont pas en règle.

La mesure, justifiée par des questions de sécurité publique, permet à la police de l'immigration (Immigration and Customs Enforcement, ICE) d'entrer dans des tribunaux locaux, d'Etat ou fédéraux pour interpeller des immigrés dont la procédure d'expulsion est toujours en cours.

«Les individus entrant dans les palais de justice sont habituellement passés au crible par des membres des forces de l'ordre» pour vérifier par exemple s'ils portent une arme ou un objet dangereux, peut-on lire dans le texte publié mercredi. «De fait, des actions menées par la police de l'immigration à l'intérieur de tribunaux peuvent réduire les risques en terme de sécurité pour le public, le ou les étranger(s) visé(s) ainsi que les officiers et agents de l'ICE.»

Contre les villes sanctuaires

«Quand cela est faisable, les officiers et agents de l'ICE mèneront les actions discrètement pour réduire leur impact sur le bon déroulé des audiences», poursuit la directive. Celle-ci précise que ces interpellations concerneront en premier lieu des «étrangers précis, ciblés, qui font l'objet de condamnations pénales, des membres de bandes organisées, des menaces à la sécurité nationale ou la sécurité publique».

L'ICE a justifié cette nouvelle mesure par l'opposition de nombreuses villes qui se revendiquent comme des «sanctuaires», à savoir ces municipalités américaines qui refusent de coopérer avec les services de l'immigration pour arrêter les clandestins.

Les groupes de défense des immigrés clandestins ont dénoncé ce texte, évoquant un climat général où les immigrés deviennent «trop effrayés» pour faire valoir leurs droits en justice. «Les atteintes à l'accès universel à la justice et à la sécurité publique qui en résultent sonténormes», a ainsi fustigé Immigrant Defense Project. (afp/nxp)

Créé: 02.02.2018, 04h40

Articles en relation

Des sans-papiers face à Donald Trump

Etats-Unis Plus de 25 «Dreamers» rendus expulsables par Trump ont été invités au discours présidentiel par des élus démocrates. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...