Passer au contenu principal

Cinq visages de l'ultranationalisme russe

Le jour férié de l'unité nationale, qui commémore la libération de la ville de Moscou en 1612, est l'occasion pour les mouvements ultranationalistes russes de montrer leur force dans la rue.

Depuis que Vladimir Poutine a décrété le 4 novembre «jour férié» commémorant la libération de Moscou occupée par les Polonais en 1612, le parti Russie unie du président et les groupes ultranationalistes organisent leur «marche russe» dans la capitale. Une multitude de groupuscules proslaves, anti-immigrés, néobolcheviques ou néonazis défilent sous leurs bannières et slogans radicaux. Qui sont les cinq principaux leaders de cette Russie ultranationaliste?

1. L’anti-immigré

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.