Passer au contenu principal

FranceCinq mineurs arrêtés après la profanation d'un cimetière juif

Ils ont été placés en garde à vue après la profanation d'un cimetière juif d'Alsace. Les motivations des jeunes gens ne sont pas encore connues.

Au total, 250 tombes ont été dégradées.
Au total, 250 tombes ont été dégradées.
AFP

Les autorités ont à nouveau condamné cet acte qui demande «la réaction la plus forte», selon le président François Hollande.

Cinq mineurs ont été arrêtés et placés en garde à vue, , a annoncé lundi 16 février le procureur de Saverne.

L'un des mineurs, qui sont âgés de 15 ans et demi à 17 ans, s'était dénoncé lundi matin auprès des gendarmes, a déclaré le procureur Philippe Vannier. Aucun des mineurs, tous originaires de la région, n'a d'antécédent judiciaire, a-t-il précisé. Il a souligné que les motivations des jeunes gens, dont l'un se défend de tout antisémitisme, n'étaient pas connues.

La profanation de plusieurs centaines de tombes à Sarre-Union a entraîné de nombreuses condamnations des autorités et de la communauté juive. Elle a été annoncée dans le sillage des attaques de Copenhague et un mois après les attentats de Paris qui ont fait 17 tués dont quatre lors d'une prise d'otages dans une épicerie juive.

Promesse de répression

En déplacement à Montry, en Seine-et-Marne, M. Hollande a annoncé qu'il assisterait à la cérémonie prévue mardi sur le site «si les conditions sont réunies, c'est-à-dire s'il y a eu le travail d'enquête».

«Rien ne sera toléré et rien ne sera laissé comme ça sans réaction», a dit François Hollande, appelant à un «sursaut de la communauté nationale».

S'adressant à la communauté juive «présente depuis des siècles dans notre pays, qui a connu déjà les horreurs que vous savez au cours de la Deuxième guerre mondiale», le président a déclaré que la France avait «pour les juifs qui vivent ici la considération la plus forte, comme d'ailleurs à l'égard de tous les ressortissants français».

Le premier ministre Manuel Valls a souligné sur la radio RTL que la profanation du cimetière de Sarre-Union, découverte dimanche, lui inspirait du dégoût et il a promis la «répression la plus forte qui soit».

Dénoncé par le CFCM

De son côté, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné «les profanations inhumaines et révoltantes qui ont touché des centaines de tombes de la communauté juive à Sarre-Union».

Il a également dénoncé «avec la plus extrême vigueur les attentats odieux qui ont frappé la communauté juive à Copenhague et qui ont semé l'insécurité et le désarroi dans l'ensemble de la communauté».

Au total, 250 tombes ont été dégradées, a précisé le procureur. «La plupart des dégradations sont des renversements de stèles ou des arrachages de colonnes. Quelques caveaux ont également été ouverts sans qu'il soit porté atteinte aux défunts», a-t-il ajouté.

«Le monument dédié aux victimes de la déportation, qui se trouve à l'entrée du cimetière, a également été détérioré», a-t-il dit.

Cinq gardés à vue

Cet incident est le plus grave en France depuis la profanation en 1990 du cimetière juif de Carpentras (sud). Ces jeunes auraient commis les faits jeudi après-midi, selon le parquet.

Ils sont «très choqués de la tournure des événements, impressionnés par la mesure de garde à vue dont ils font l'objet», a précisé M. Vannier.

ats/ afp/JAA/communiqué

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.