Cinq choses à savoir sur la mystérieuse attaque d'une base aérienne d'Assad

Guerre en SyrieLes tirs de missiles interviennent deux jours après une attaque toxique présumée contre la poche rebelle de Douma.

Samedi, les forces du président Bachar Al Assad avaient bombardé la ville de Douma, dans l'est de la Ghouta.

Samedi, les forces du président Bachar Al Assad avaient bombardé la ville de Douma, dans l'est de la Ghouta. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

1. Que s'est-il passé au juste?

Très tôt ce lundi, entre 03h25 et 03h53 en Syrie (ndlr: 02h25 et 02h53 en Suisse), des frappes ont visé l'aéroport militaire T-4, près du village de Tiyas dans le centre du pays. Cette frappe aurait faisant au moins 14 morts, dont plusieurs Iraniens, selon l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme (OSDH), basé à Londres. L'agence iranienne Fars, elle, parle de trois morts iraniens.

«Des forces russes, iraniennes et du mouvement libanais du Hezbollah», alliés du régime de Bachar el-Assad, sont stationnées sur la base T-4, située entre les villes de Homs et Palmyre, selon l'OSDH, basé à Londres. Située dans une zone désertique stratégique, proche des principaux gisements gaziers syriens, la base est utilisée en particulier par la force Al Qods, l'unité d'élite des Gardiens de la révolution iraniens, alliés de Damas dans la guerre civile syrienne.

2. Dans quel contexte intervient cette attaque?

Cette frappe intervient deux jours après une attaque présumée aux "gaz toxiques" dénoncée samedi par un groupe rebelle et des secouristes dans la ville insurgée de Douma, située dans la Ghouta orientale, aux portes de la capitale Damas. Selon les Casques Blancs et l'ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS), 48 personnes ont péri dans l'attaque à Douma et "plus de 500 cas, la plupart des femmes et des enfants", ont souffert de "difficultés respiratoires". Cette nouvelle a provoqué un raz-de-marée de condamnations internationales.

Pour sa part, le pouvoir de Bachar el-Assad a nié toute responsabilité pour l'attaque présumée contre cette ultime poche rebelle, qu'il cherche à reconquérir. Moscou assure que les opérations militaires à la Ghouta orientale ont pris fin suite à un accord d'évacuation passé avec le groupe rebelle Jaish al-Islam. Conformément à ce deal, 8000 combattants et 40'000 de leurs proches seraient en cours de déplacement à bord de 100 autobus.

3. S'agit-il d'une riposte américaine?

Pour l'instant, personne ne revendique les frappes sur l'aéroport de Tiyas.

Les Etats-Unis et la France ont certes brandi ces dernières semaines la menace de frappes en Syrie en cas d'attaque chimique - une «ligne rouge» selon Paris. Le président Donald Trump a promis dimanche de faire payer "le prix fort" au régime de "cet animal" Bachar al Assad pour le bombardement chimique présumé à Douma. Emmanuel Macron et Donald Trump se sont entretenus dimanche soir au téléphone, ont annoncé l'Elysée et la Maison blanche.

Il y a un an, l'armée américaine avait tiré des missiles de croisière Tomahawk contre une base aérienne syrienne après un bombardement au gaz sarin imputé aux forces gouvernementales à Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest de la Syrie.

Cela dit, Washington a rapidement nié toute responsabilité ce lundi, assurant que ses forces armées «ne mènent pas de frappes aériennes en Syrie«. Le président Trump avait même affirmé la semaine dernière vouloir retirer ses troupes de Syrie. De son côté, le ministère français des Armées a également assuré que la France n'avait effectué aucun raid aérien en Syrie dans la nuit de dimanche à lundi.

4. Est-ce une frappe israélienne?

Moscou accuse Israël d'avoir mené cette frappe. «Deux avions F-15 de l'armée israélienne ont frappé l'aérodrome entre 03h25 et 03h53 heure de Moscou (ndlr: 02h25 et 02h53 en Suisse) à l'aide de huit missiles téléguidés depuis le territoire libanais, sans pénétrer dans l'espace aérien syrien», a affirmé le ministère russe de la Défense, cité par les agences russes. Cinq de ces missiles ont été abattus par la défense anti-aérienne syrienne, a-t-il ajouté. Les trois restants ont frappé «la partie occidentale de l'aérodrome", mais «aucun conseiller russe présent en Syrie n'a été blessé».

Le régime syrien, par la voix de l'agence officielle SANA, a initialement pointé du doigt les Etats-Unis, avant de se rétracter et de s'aligner sur Moscou, dénonçant une "agression israélienne".

L'armée israélienne a de son côté «décliné tout commentaire» lundi. Mais l'Etat hébreu n'a pas pour politique de communiquer dans ce domaine. Israël a mené des dizaines de raids en Syrie depuis 2012. La plus importante, en février dernier, a justement ciblé la base aérienne T4. Selon l'Etat hébreu, cette base servirait à approvisionner en armes le Hezbollah libanais et c'est de là qu'aurait été tiré, il y a deux mois, un drone iranien en direction du territoire israélien. L'incident avait alors entraîné une brusque montée de tension entre Israël et l'Iran.

L'hypothèse d'une frappe israélienne a été confirmée à la chaîne NBC News par deux officiels étasuniens, lesquels affirment que Washington a été informé par avance de cette attaque.

5. Quelles en seront les conséquences?

C'est toute la question. Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a déclaré ce lundi que les accusations imputant à la Syrie une attaque chimique à Douma constituent une provocation et que les frappes de missiles tirées contre une base aérienne syrienne représentaient un dangereux développement. On imagine que Moscou et Téhéran voudront sans doute riposter, d'une manière ou d'une autre.

Pour leur part, Washington et Paris ont affirmé vouloir coordonner leur action au sein du Conseil de sécurité de l'ONU. Une réunion a lieu ce lundi à New York.

Créé: 09.04.2018, 12h46

Articles en relation

Israël accusé d'avoir visé une base du régime

Syrie Au moins 14 combattants, dont des Iraniens, ont été tués dans la frappe qui a visé tôt lundi une base militaire du régime. Plus...

Une réponse à l'attaque chimique présumée?

Syrie Un aéroport syrien a été frappé peu après l'engagement franco-américain de répondre à une «attaque chimique» du régime. Plus...

Trump accuse Assad et Poutine de gazer le peuple syrien

Proche-Orient Fait inédit, le président américain a critiqué la Russie pour son soutien au régime de Damas après une attaque chimique supposée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...