Passer au contenu principal

Les chefs de la police et des pompiers remplacés

Le gouvernement d'Alexis Tsipras est sous pression après l'incendie meurtrier qui a fait 90 morts à Mati et ses environs.

Le bilan, toujours pas définitif, de l'incendie de Mati en Grèce le 23 juillet est désormais de 96 morts. (15 août 2018)
Le bilan, toujours pas définitif, de l'incendie de Mati en Grèce le 23 juillet est désormais de 96 morts. (15 août 2018)
AFP
Au Portugal Plus de 1150 pompiers sont mobilisés pour lutter contre un incendie qui s'est déclaré vendredi dans la région de l'Algarve, dans le sud du Portugal. (Lundi 6 août 2018)
Au Portugal Plus de 1150 pompiers sont mobilisés pour lutter contre un incendie qui s'est déclaré vendredi dans la région de l'Algarve, dans le sud du Portugal. (Lundi 6 août 2018)
Trangslet, Dalarna, Suède, 18 juillet 2018.
Trangslet, Dalarna, Suède, 18 juillet 2018.
AFP
1 / 48

Le gouvernement grec, sous le feu des critiques pour sa gestion de l'incendie meurtrier à l'est d'Athènes ayant fait 90 morts, selon un nouveau bilan, a remplacé dimanche les chefs de la police et des pompiers.

«Mauvaise gestion»

«La direction des pompiers est désormais assurée par l'actuel chef-adjoint, le général Vassilios Matheopoulos» et celle de la police par «l'actuel chef adjoint de ce corps, le général Aristidis Andrikopoulos», a indiqué un bref communiqué des services du Premier ministre Alexis Tsipras à l'issue d'une réunion interministérielle.

Cette décision est intervenue deux jours après le limogeage du ministre-adjoint chargé de la Protection des citoyens, Nikos Toskas, tenu également responsable par l'opposition et les médias de «la mauvaise gestion» opérationnelle de l'incendie du 23 juillet, le plus meurtrier dans le pays.

Le ministre, qui était en poste depuis 2015, a pour sa part indiqué que «la perte de tant de vies humaines à Mati a dépassé (son) désir de continuer».

Au lendemain du drame, M. Toskas avait indiqué avoir proposé sa démission au Premier ministre, qui l'avait alors refusée.

Lourd bilan

Les pouvoirs de protection civile ont été transférés au ministre de l'Intérieur Panos Skourletis.

Deux personnes hospitalisées dans un état grave depuis l'incendie dans les stations balnéaires de Mati et Rafina ont succombé à leurs blessures ce week-end, portant le bilan à 90 morts, a indiqué à l'AFP un responsable du service des pompiers.

M. Tsipras était sous pression depuis la semaine dernière, pour s'être contenté d'avoir simplement reconnu «la responsabilité politique» du terrible incendie, qui s'est propagé très vite d'une colline surplombant la ville de Mati et ses environs, à la ville elle-même, construite en grande partie dans une pinède.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.