Le chef du CICR évoque le retour des djihadistes

TerrorismeLe président du CICR, Peter Maurer, estime que chaque pays, dont la Suisse, a une responsabilité par rapport à ses djihadistes.

Peter Maurer est le président du CICR (Comité international de la Croix-Rouge).

Peter Maurer est le président du CICR (Comité international de la Croix-Rouge). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le retour des djihadistes est une question de responsabilité des pays d'origine, affirme le président du CICR (Comité international de la Croix-Rouge), Peter Maurer. Et «si on veut juger les djihadistes dans d'autres pays, il faut mettre en place des systèmes qui permettent de le faire».

Dans un long entretien avec «Le Matin Dimanche», Peter Maurer le répète, le refus de certains pays d'accueillir les djihadistes nationaux qui veulent rentrer ne viole pas les Conventions de Genève. En revanche, c'est une question de responsabilité.

«Souvent ces mêmes pays ont été les premiers à parler de responsabilité du pays d'origine lorsqu'il s'agissait de retour de migrants. Ils devraient y penser aujourd'hui», analyse celui qui dirige le CICR depuis huit ans. Pour lui, «les priver de leur statut ou de leur nationalité n'est pas une solution».

Même s'il dit comprendre les soucis de sécurité que posent ces cas, il souligne qu'«essayer de se protéger en laissant ces personnes dans des camps irakiens ou syriens» est un mauvais calcul, car «c'est oublier qu'il n'y a aucune garantie qu'ils y restent».

Difficulté «d'obtenir les preuves»

Il y a un an, la ministre de la justice Karin Keller-Sutter s'était justement opposée au retour des djihadistes suisses pour des raisons de sécurité. La France a évoqué l'idée d'un rapatriement, un sujet abordé lors de la récente visite de la ministre de la défense Viola Amherd à Paris. «Probablement que la Suisse s'alignera sur certains pays de l'Union européenne», a indiqué la semaine dernière le patron du Service de renseignement de la Confédération (SRC) Jean-Philippe Gaudin.

Et, expliquait-il, les juger en Suisse pose aussi problème, car «c'est très compliqué d'obtenir des preuves de leurs véritables activités au sein du mouvement terroriste. Même une fois en prison ou après avoir purgé leur peine, ces personnes doivent être surveillées. Selon Jean-Philippe Gaudin la déradicalisation est quasi impossible. «Ces gens sont amers, aigris. Ils ne regrettent rien».

Actuellement, le SRC estime à une vingtaine le nombre de djihadistes suisses, hommes, femmes, enfants, se trouvant entre la Syrie et l'Irak. Parmi eux, au moins sept enfants ayant un lien avec la Suisse ont été localisés dans des camps syriens, affirment différents médias.

Devoir humanitaire

Le Conseil fédéral a décidé en juin de ne pas rapatrier activement les adultes, mais n'interdira toutefois pas un retour en Suisse. Pour les mineurs, un rapatriement pourra être examiné au cas par cas, dans l'intérêt de l'enfant.

Vendredi, l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, dont la Suisse fait partie, a adopté une résolution exhortant à rapatrier de Syrie les enfants de djihadistes étrangers. Selon elle, il s'agit d'une obligation née des droits fondamentaux et un devoir humanitaire. (ats/nxp)

Créé: 02.02.2020, 05h34

Articles en relation

Le Pacte sur les migrations décisif pour le CICR

Suisse Le président du CICR affiche un large soutien au Pacte des Nations Unies sur les migrations à Marrakech. Il le juge «primordial». Plus...

La contribution suisse est insuffisante, juge le CICR

Aide humanitaire Le directeur du Comité international de la Croix-Rouge, Yves Daccord estime que les 150 millions versés chaque année par Berne ne suffisent pas. Plus...

Chef du CICR choqué par la souffrance rohingya

Crise humanitaire Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge, a dénoncé les souffrances des Rohingyas musulmans en Birmanie et au Bangladesh. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...