Passer au contenu principal

La chaîne russe RT à la conquête de la France

Le «soft power russe» a une nouvelle corde à son arc. La chaîne financée par le Kremlin a commencé à émettre lundi soir.

La chaîne financée par l’État russe a désormais son antenne à Paris
La chaîne financée par l’État russe a désormais son antenne à Paris
REUTERS

Le groupe de télévision public russe RT (ex-Russia Today) étend son influence. Alors qu’elle diffuse déjà des émissions en anglais, en arabe et en espagnol, la chaîne financée par l’État russe a désormais son antenne à Paris. Les premières émissions de RT France, dont un journal télévisé, ont être diffusées lundi soir.

Ce lancement ne passe pas inaperçu dans l’Hexagone. Il y a sept mois, Emmanuel Macron, alors en pleine campagne électorale pour la présidentielle, avait traité les chaînes russes RT et Sputnik «d’organes d’influence et de propagande mensongère». Il les avait accusées de proférer des contre-vérités sur sa personne afin d’influencer l’électorat français et leur avait interdit l’accès à son QG de campagne. Aujourd’hui, alors que RT débarque en France, la méfiance est toujours de mise. Le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel français (CSA), Olivier Schrameck, a annoncé qu’il observerait «constamment» les programmes de la chaîne et a promis d’agir en cas d’«anomalies».

Jusqu’ici, RT était implantée en France avec son seul site Internet. Dotée d’un budget de 20 millions d’euros, la chaîne se donne pour mission de couvrir en France à la fois les actualités locales, régionales, nationales et internationales, avec pour mot d’ordre «Osez questionner», pouvait-on lire lundi sur le site de RT. Celui-ci soulignait que «l’arrivée de la chaîne dans le paysage audiovisuel français n’a pas laissé les médias historiques indifférents, alors que la France mais aussi plus largement les francophones cherchent des voix alternatives, accessibles à tous».

En France, l’adage de RT consistant à affirmer qu’elle dira «ce qu’on n’entend pas ailleurs» est perçu comme la volonté du Kremlin d’imposer «les valeurs du système Poutine, des valeurs conservatrices traditionnelles, et une vision de la souveraineté et donc de la place spécifique de la Russie», confiait à l’Agence France Presse le politologue et spécialiste de la Russie Florent Parmentier.

L’implantation en France de la chaîne RT, qui a aussi des bureaux à Washington, à Londres et à Tel-Aviv, s’inscrit en tout cas dans la stratégie russe de renforcer son «soft power», à l’instar de toutes les grandes puissances qui recourent également à des chaînes de télévision pour étendre leur influence.

Dans cette bataille des ondes, la surveillance des chaînes étrangères est à la hauteur de leur volonté d’influencer les esprits. Aux États-Unis, RT et Sputnik ont été soupçonnées d’avoir tenté d’influer sur la présidentielle de 2016. Les chaînes ont dû se soumettre aux exigences de Washington et s’enregistrer en tant qu’«agents de l’étranger». Même procédé à Moscou, qui a classé plusieurs médias américains sous le même statut.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.