Des centaines de prisonniers de l'EI libérés

IrakLes forces irakiennes ont découvert plus de mille personnes dans une prison souterraine, lors de la reconquête de Hit.

Les forces du gouvernement irakiens célèbrent leur victoires sur le groupe Etat islamique (avec un drapeau de Daech dont ils se sont emparés) après la reprise du village Al-Mamoura, proche de Hit, dans la région Al-Anbar dans l'ouest de l'Irak.

Les forces du gouvernement irakiens célèbrent leur victoires sur le groupe Etat islamique (avec un drapeau de Daech dont ils se sont emparés) après la reprise du village Al-Mamoura, proche de Hit, dans la région Al-Anbar dans l'ouest de l'Irak. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les forces irakiennes ont libéré plus d'un millier de prisonniers détenus dans une geôle souterraine contrôlée par le groupe extrémiste Etat islamique (EI) lors d'une bataille pour la reprise de Hit dans la province d'Al-Anbar toujours aux mains des djihadistes.

La plupart d'entre eux sont des civils, selon un responsable local.

«Au cours de leur avancée pour libérer et nettoyer la localité de Hit de l'organisation (Etat Islamique), les forces de sécurité ont découvert une grande prison», a affirmé le colonel Fadhel al-Nimrawi. «La prison était souterraine». Quelque 1500 personnes ont été libérées.

Le même nombre est articulé par Malallah al-Obeidi, un responsable local à Al-Anbar. Mouhannad al-Douleimi, responsable en charge du secteur de Hit, a confirmé la découverte d'une «grande prison» dans la localité. Il n'a toutefois pas précisé combien de personnes y étaient détenues.

Reconquête

Le groupe Etat Islamique s'est emparé de larges pans du territoire irakien au nord et à l'ouest de Bagdad en 2014. Les forces de sécurité ont depuis repris du terrain aux djihadistes.

Le chef-lieu de la province, Ramadi, a été reconquis en décembre. Hit et la ville de Fallouja sont deux des agglomérations les plus importantes d'Al-Anbar encore aux mains du groupe EI.

L'Irak a lancé à la mi-mars une offensive pour reprendre Hit, mais un nombre important de troupes ont été retirées de la province d'Al-Anbar pour protéger des manifestants à Bagdad, ce qui risque de ralentir les opérations.

(ats/nxp)

Créé: 03.04.2016, 00h32

Galerie photo

Syrie, un conflit aux ramifications multiples (Février 2016-juillet 2016)

Syrie, un conflit aux ramifications multiples (Février 2016-juillet 2016) Le conflit syrien, qu'on peut dater de février 2011, en plein printemps arabe, n'en finit pas de s'envenimer.

Articles en relation

L’Appel de Genève forme les cadres des milices chiites d’Irak

Droit humanitaire L’ONG annonce avoir réuni à Bagdad 29 commandants qui font face au groupe Etat islamique (Daech). Plus...

Les djihadistes de l'Etat islamique perdent du terrain

Syrie-Irak La reprise de Palmyre marque un tournant. Les islamistes enchaînent les revers sur le terrain. Plus...

Un djihadiste se fait exploser après un match de foot

Irak Le village d'Al-Asriya, au sud de Bagdad, se préparait samedi à enterrer ses morts au lendemain d'un attentat-suicide revendiqué par l'EI qui a fait 32 morts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...