Brexit: Londres «très confiant» sur un accord

Grande-BretagneLe ministre britannique des Finances, Philip Hammond, s'est exprimé mardi sur les modalités du divorce d'avec l'UE.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Royaume-Uni est «très confiant» sur la possibilité de conclure un accord avec l'Union européenne concernant les principales modalités de leur divorce, malgré l'échec de discussions la veille, a déclaré mardi à Bruxelles le ministre britannique des Finances Philip Hammond.

«Nous sommes très proches mais nous n'y sommes pas encore», a précisé M. Hammond au lendemain d'un blocage de dernière minute qui a empêché la finalisation de cet accord d'étape lundi. «Nous sommes très confiants sur le fait que nous serons en mesure de faire avancer cela», a-t-il ajouté devant des journalistes.

«Nous nous entendons avec le Royaume-Uni sur la plupart des sujets, mais certains sont encore ouverts», a déclaré de son côté le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas, lors d'un point presse.

«Nous sommes prêts à reprendre les discussions avec le Royaume-Uni à tout moment dès que nous aurons un signe du gouvernement britannique indiquant qu'il est prêt», a-t-il assuré, estimant que «le spectacle est désormais à Londres».

Trois priorités

L'Union européenne et le Royaume-Uni ont échoué lundi à boucler un accord sur les modalités de leur divorce, butant sur le dossier de l'avenir de la frontière irlandaise après le Brexit.

Cette question est l'une des trois priorités de cette première phase des négociations du Brexit, avec le règlement financier de la séparation et les droits des citoyens expatriés. Les Européens exigent des «progrès suffisants» sur ces trois fronts pour accepter d'ouvrir une seconde phase, incluant les négociations commerciales réclamées avec insistance par Londres.

Échec à la dernière minute

La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker étaient sur le point de boucler un accord lundi après-midi, mais leurs discussions ont échoué à la dernière minute.

Theresa May, qui semblait avoir donné à l'Irlande et à l'UE les garanties demandées pour empêcher le retour d'une frontière physique avec l'Irlande du Nord, a ensuite reculé selon Dublin en raison de la réaction hostile du parti unioniste nord-irlandais DUP, allié de son gouvernement minoritaire.

«Comme l'a dit la Première ministre hier, nous devons avoir des consultations et des discussions supplémentaires», a signalé mardi M. Hammond, arrivé à Bruxelles pour une réunion avec ses homologues européens. Le ministre a précisé que Mme May reviendrait à Bruxelles «plus tard dans la semaine». (afp/nxp)

Créé: 05.12.2017, 11h09

Galerie photo

Le Brexit et ses conséquences (juin 2016-avril 2017)

Le Brexit et ses conséquences (juin 2016-avril 2017) La Grande-Bretagne a voté la sortie de l'Union Européenne. Avec de nombreuses conséquences et répercussions.

Articles en relation

Londres recule au sujet de la frontière avec l'Irlande

Brexit Le gouvernement britannique est revenu lundi sur l'accord avec l'UE sur le statut de la frontière irlandaise après la sortie du Royaume-Uni. Plus...

Les Britanniques craignent le Brexit

Grande-Bretagne Selon un sondage publié dimanche, une majorité de Britanniques aimeraient un nouveau référendum sur la sortie de l'UE. Plus...

Brexit: la filière de pur-sang irlandais inquiète

Irlande Les éleveurs irlandais s'alarment du possible retour d'une frontière avec le Royaume-Uni, qui aurait un lourd impact sur leurs exportations. Plus...

L'Irlande refuse toute frontière avec Belfast

Brexit La question de l'instauration d'une nouvelle frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord n'est pas encore tranchée. Plus...

Brexit: un accord financier serait trouvé

Grande-Bretagne Le différend sur la «facture du divorce» représente un des obstacles majeurs à l'ouverture de la deuxième phase des négociations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.