Le Brexit aura des «conséquences négatives»

Union européenneÀ quelques jours du Brexit, le négociateur en chef de l'Union européenne Michel Barnier a déclaré que le divorce entre le Royaume-Uni et l'UE provoquera des «dégâts».

Charles Barnier s'est exprimé au sujet du Brexit lundi à Dublin lors d'une conférence de presse.

Charles Barnier s'est exprimé au sujet du Brexit lundi à Dublin lors d'une conférence de presse. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le négociateur en chef de l'Union européenne Michel Barnier a averti lundi, à quatre jours du Brexit, que le divorce aurait des «conséquences négatives». Et que les négociations sur la relation future entre Londres et les 27 ne serviraient qu'à «limiter les dégâts».

Au début de la semaine du grand saut historique, le responsable européen s'est rendu tour à tour en République d'Irlande, membre de l'UE, puis dans la province britannique d'Irlande du Nord. Dans ces territoires, les plus exposés aux retombées du divorce, il a averti qu'une nouvelle phase difficile s'ouvrait.

«Il est absolument clair qu'il y aura des conséquences négatives», a déclaré Michel Barnier dans un discours prononcé à l'université Queen's de Belfast. «Quel que soit l'accord que nous atteindrons sur notre future relation, le Brexit sera toujours une opération visant à limiter les dégâts».

Période de transition

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne vendredi à minuit ne signifiera pas la fin de la crise ouverte par le référendum de 2016. Elle marquera le début d'une transition courant jusqu'à la fin de l'année.

Pendant cette période, les règles de l'UE continueront de s'appliquer sur le territoire britannique et Londres et les 27 devront définir les modalités de leurs relations dans de multiples domaines, commerce et sécurité notamment.

«Tout reconstruire»

«Nous devons tout reconstruire», a déclaré Michel Barnier lors d'une conférence de presse à Dublin, où il s'est entretenu avec le premier ministre irlandais Leo Varadkar.

«A la fin de l'année (...), si nous n'avons pas d'accord, ce ne sera pas la routine habituelle et le statu quo», a-t-il poursuivi. «Nous devons affronter le risque d'être au bord du précipice, en particulier concernant le commerce».

A défaut d'accord commercial, les relations économiques entre Bruxelles et Londres seraient régies par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), bien moins avantageuses car elles fixent des droits de douane pour les marchandises.

Michel Barnier a également souligné que les deux parties disposent de «très peu de temps» pour aboutir durant la période de transition, courant jusqu'à fin 2020, comme le souhaite le premier ministre britannique Boris Johnson.

Projet de mandat de négociation

Michel Barnier a précisé qu'il présenterait lundi prochain un projet de mandat de négociation aux Etats membres, après l'accord de divorce qui règle les modalités de la séparation.

Le mandat européen devrait être approuvé au niveau ministériel d'ici au 25 février, selon des responsables européens, permettant aux pourparlers de démarrer autour du 1er mars.

Règles européennes

Dans un discours prévu début février, Boris Johnson doit présenter son ambition d'arriver à un accord de libre-échange du même type que celui signé par l'UE avec le Canada récemment, sans alignement avec les règles européennes.

Mais Michel Barnier a rappelé que «le niveau d'accès» au marché unique européen dont bénéficieront les biens britanniques sera «proportionnel» au degré d'alignement du Royaume-Uni sur les règles européennes, «en particulier les règles en matière d'aides d'Etat».

Les 27 en position de force

Le premier ministre Leo Varadkar a pour sa part estimé que l'Union européenne abordait les négociations «dans une position très forte»: «nous sommes 27 pays, nous avons une population de 450 millions de personnes et le marché unique est la première économie mondiale», a-t-il dit.

Boris Johnson a inscrit dans la loi d'application de l'accord de divorce négocié avec l'UE, promulguée jeudi au Royaume-Uni, l'interdiction pour son gouvernement de demander une extension de la période de transition après 2020.

Dans une interview à la BBC, Leo Varadkar a mis en garde contre toute tentative de Londres de conclure des accords partiels. Il s'est toutefois engagé à travailler «jour et nuit» pour tenter de parvenir à un compromis global avant la fin de l'année: «Nous ne traînerons pas des pieds». (ats/nxp)

Créé: 27.01.2020, 21h12

Cap sur le Brexit après le triomphe de Boris Johnson.

Galerie photo

Le Royaume-Uni se prépare pour le Brexit

Le Royaume-Uni se prépare pour le Brexit Les Britanniques sont sortis officiellement de l'Union européenne. Reste désormais à définir leur relation avec leur puissant voisin.

Articles en relation

Vendredi, le Royaume-Uni dit «goodbye Europe»

Brexit Après avoir repoussé trois fois le Brexit, les Britanniques vont cette fois sortir de l'Union européenne le 31 janvier à minuit. Plus...

Brexit: Johnson a signé l'accord de retrait de l'UE

Grande-Bretagne Vendredi, l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a été entériné. Plus...

Brexit, les expat s'organisent

Royaume-Uni Partir, devenir résident permanent ou même citoyen britannique: il faudra s’adapter à la disparition, le 1er janvier 2021, de la liberté de circulation. Plus...

Bruxelles signe l'accord de Brexit

Union européenne Le Parlement européen doit encore donner son aval au texte qui verra le Royaume-Uni quitter l'Union européenne au 31 janvier. Plus...

La loi de Brexit promulguée par la reine

Royaume-Uni La reine Elizabeth II a donné son assentiment royal au projet de loi de Brexit, a annoncé jeudi le gouvernement britannique. Si le traité est ratifié à Bruxelles, le pays pourra quitter l'Union européenne le 31 janvier. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...