Passer au contenu principal

Grande-BretagneBrexit: accord en vue sur la frontière irlandaise

L'Union européenne (UE) et le Royaume-Uni sont proches d'un accord au sujet de la frontière de l'Irlande du Nord.

Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Keystone
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
AFP
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
AFP
1 / 150

Le Royaume-Uni est proche d'un accord avec l'UE sur la question de la frontière de l'Irlande du Nord, après des propositions faites cette semaine par Londres, rapporte The Times jeudi. Cette question est l'une des trois sur lesquelles l'UE veut plus de progrès.

Outre la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord, la facture du Brexit et les droits des expatriés empêchent le lancement de la deuxième phase des négociations, qui doit définir les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit.

Sur la question de la facture du Brexit, Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit, a déclaré mercredi matin à Berlin qu'il espérait pouvoir informer «dans les prochains jours» les Vingt-Sept d'un accord avec Londres sur les termes financiers du divorce.

Plusieurs diplomates européens ont confirmé à Reuters que Londres s'était engagé par oral, ces derniers jours, à verser après le Brexit, prévu le 29 mars 2019 à 23h00 GMT, une contribution au budget de l'Union européenne d'un montant proche de celui que réclame Bruxelles.

La somme que proposerait le gouvernement britannique tournerait autour de 50 milliards d'euros, selon la presse britannique. L'UE réclame 60 milliards.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.