Au Brésil, Netflix gagne face à la censure

TélévisionNetflix n'aura pas à retirer une fiction dans laquelle Jésus semble entretenir une relation homosexuelle.

Mercredi, un juge de Rio de Janeiro avait ordonné à Netflix de retirer de son offre «La Première Tentation du Christ».

Mercredi, un juge de Rio de Janeiro avait ordonné à Netflix de retirer de son offre «La Première Tentation du Christ». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour suprême brésilienne a donné raison jeudi à Netflix en annulant une décision judiciaire ordonnant à la plateforme de vidéos en ligne de retirer de son offre une fiction dans laquelle Jésus semble entretenir une relation homosexuelle.

Le président de la Cour suprême, José Antonio Dias Toffoli, a estimé que cette fiction controversée, «La Première Tentation du Christ», «ne faisait pas fi de la nécessité du respect de la foi chrétienne (ni des autres croyances religieuses ou de l'absence de celles-ci)».

«On ne peut pas supposer qu'une satire humoristique ait la capacité d'affaiblir les valeurs de la foi chrétienne, dont l'existence remonte à plus de 2000 ans, et qui est intériorisée dans la croyance de la majorité des citoyens brésiliens», a encore justifié ce magistrat.

«Calmer les esprits» au sein de «la société brésilienne»

Netflix avait annoncé jeudi avoir saisi la Cour suprême. «Nous soutenons fortement l'expression artistique et nous allons lutter pour défendre ce principe important», avait annoncé le géant américain des vidéos en ligne dans un communiqué.

Mercredi, un juge de Rio de Janeiro avait ordonné à Netflix de retirer de son offre «La Première Tentation du Christ», fiction du collectif d'humoristes brésiliens Porta dos Fundos vertement critiquée par des associations catholiques et évangéliques. Le magistrat avait annoncé avoir pris cette décision afin de «calmer les esprits» au sein de «la communauté chrétienne et la société brésilienne».

Netflix avait mis en ligne cette vidéo le 3 décembre. «La Première Tentation du Christ» raconte sur le ton de la comédie loufoque une soirée familiale surprise au cours de laquelle Jésus arrive en compagnie d'un autre homme, visiblement homosexuel. Jeudi, Porta dos Fundos a réitéré dans un communiqué être «contre quelconque acte de censure, de violence et d'autoritarisme», tout en maintenant sa confiance «envers le système judiciaire pour faire respecter la Constitution».

Attaque aux cocktails Molotov

Le 24 décembre, le siège de la maison de production à Rio de Janeiro a été la cible de cocktails Molotov qui n'ont pas fait de victimes. La police a identifié un des attaquants, Eduardo Fauzi Richard Cerquis, après avoir analysé les enregistrements de caméras vidéo. Fauzi, arrêté en 2013 pour avoir frappé le secrétaire à la Sécurité de l'État de Rio de Janeiro, a déjà été condamné une vingtaine de fois pour agressions ou menaces. Considéré comme un fugitif, il aurait pris la fuite en Russie et les autorités brésiliennes ont demandé à ce qu'il figure sur la liste de personnes recherchées par Interpol.

Porta dos Fundos, qui produit essentiellement des comédies depuis sa création en 2012, avait déjà fait parler d'elle en 2018 après la diffusion, également sur Netflix pendant la période de Noël, d'une autre fiction racontant le lendemain de cuite des apôtres après la dernière cène, dans un scénario rappelant celui du film américain à succès «Very Bad Trip» («Lendemain de veille» au Canada). Cette fiction avait remporté un prix dans la catégorie comédie aux Emmy Awards en 2019. (afp/nxp)

Créé: 10.01.2020, 02h16

Articles en relation

Une fiction sur le Christ fait débat au Brésil

Netflix Netflix a été sommé de retirer la comédie «La première tentation du Christ», où Jésus entretient une relation homosexuelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève féminise ses panneaux de signalisation
Plus...